BFM Business

L'action Numericable bondit en bourse de 15%

Les spéculations sur un rachat par SFR apparaîssent prématurées

Les spéculations sur un rachat par SFR apparaîssent prématurées - -

Le câblo-opérateur a clôturé sa première journée de cotation sur une valorisation de 6 milliards d'euros. Il bénéficie des bonnes valorisations du secteur et de spéculation sur un rachat par SFR.

Jusqu'ici, tout va bien. L'action Numericable a fait ses débuts en fanfare vendredi 8 novembre à la Bourse de Paris. Elle a gagné 15%, pour clôturer à 28,5 euros. Cela valorise le câblo-opérateur à environ 3,5 milliards d'euros, auxquels s'ajoute une dette de 2,5 milliards.

Jeudi soir, le prix d'introduction avait été fixé à 24,8 euros, soit dans le haut de la fourchette prévue (20,3 à 24,8 euros). Cela correspondait à une valorisation de 5,5 milliards d'euros, dette incluse. Cette valorisation avait prudemment été fixée en-dessous des estimations des analystes financiers (qui allaient jusqu'à 6,5 milliards d'euros), laissant donc un potentiel d'appréciation.

Le câble valorisé au plus haut

Pour les analystes d'Exane BNP Paribas, "le calendrier pour une cotation de Numericable ne pouvait pas être meilleur: les valorisations dans le secteur sont à leur plus haut historique".

En effet, depuis 2009, la valorisation moyenne en bourse des câblo-opérateurs européens est passée de 5 à 9 fois leur excédent brut d'exploitation.

"Cette revalorisation a d'abord été portée par la croissance plus importante du câble, au sein d'un secteur télécoms stagnant. Mais en 2012 et 2013, la hausse des valorisations a reflété les fusions et acquisitions dans le secteur, culminant avec le rachat de Kabel Deutschland par Vodafone pour 10,9 fois son excédent brut d'exploitation 2013", ajoute Exane.

Une valorisation portée par la spéculation

Mais ce qui a surtout porté la valorisation de Numericable, c'est la perspective d'un rapprochement avec SFR. Dans son prospectus, la société écrit elle-même: "la croissance externe fait partie de la stratégie du groupe. La société examine donc régulièrement des projets de croissance externe, donnant lieu ou non à des pourparlers, tels ceux avec SFR dont la presse s’est fait l’écho".

Les synergies issues d'un rapprochement avec SFR ont été valorisées entre 2,15 milliards (Deustche Bank) et 6 milliards d'euros (HSBC). Les autres analystes se placent entre les deux: Oddo les chiffre à 2,3 milliards d'euros, Exane à 2,9 milliards, et Morgan Stanley à 3,3 milliards.

C'est bien plus que les synergies qui proviendraient d'un rapprochement avec Bouygues Telecom (un milliard d'euros selon Exane).

Bien sûr, ce montant des synergies est à répartir entre SFR et Numericable. Mais il reste "important comparé à la valorisation de Numericable seul. C'est-à-dire que la valeur de Numericable (hors dette) peut virtuellement doubler en fonction de la perception par le marché de la probabilité d'un accord avec SFR", écrit Exane.

Spéculation irrationnelle

SFR a beau déclarer officiellement "ne pas avoir besoin de se marier" et qu'une fusion avec Numericable "n'est pas à l'ordre du jour", la spéculation sur un tel rapprochement est devenue irrationnelle. Ainsi, un analyste anonyme assurait jeudi à l'AFP: "à la fin du premier semestre 2014, quand SFR sera en Bourse, il va sortir le chéquier pour acheter Numericable avec une prime de 30%".

En réalité, un tel scénario ne risque pas de se réaliser. En effet, Vivendi a d'ores et déjà prévenu que SFR serait introduit en bourse avec une dette de 5 à 6 milliards d'euros, de façon à ce qu'il soit noté par les agences à la limite de la catégorie d'investissement (investment grade). On ne voit donc pas comment SFR pourrait trouver 3 milliards d'euros pour racheter Numericable en cash -sans compter la reprise de dette, ni la prime sur le cours de bourse. D'ailleurs, les discussions passées n'ont jamais porté sur un rachat par SFR en cash, mais sur une fusion par échange d'actions.

Autre problème: le principal intérêt pour SFR serait de mettre la main sur le réseau de fibres optiques de Numericable. Or SFR est en train de déployer sa propre fibre optique dans des zones qui coïncident presque totalement avec celles couvertes par Numericable, diminuant d'autant l'intérêt d'un rachat du câblo-opérateur... Interrogé sur ce point, SFR confirme: "notre fibre est présente en zone dense, et nous déployons là où se trouve Numericable qui est essentiellement présent en zone dense".

Last but not least: il faut qu'un mariage soit aussi soutenu par le propriétaire de SFR, Vivendi. Un tel rapprochement avait notamment été soutenu par le directeur financier Philippe Capron (mais il vient de partir), et le président du conseil de surveillance Jean-René Fourtou (mais il devrait être parti mi-2014 quand SFR sera coté séparément). En revanche, le principal actionnaire Vincent Bolloré s'est toujours opposé à un tel rapprochement, et, aux dernières nouvelles, n'a pas changé d'avis...

Jamal Henni