BFM Business

Hermès, L'Oréal & Bottega Venetta: une semaine de luxe business

Bottega Veneta va agrandir ses magasins dans les pays matures plutôt que d'en ouvrir d'autres (ici, le concept-store de New York)

Bottega Veneta va agrandir ses magasins dans les pays matures plutôt que d'en ouvrir d'autres (ici, le concept-store de New York) - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Qui a racheté quoi, lequel a été nommé où, quelle marque a le vent en poupe? Retrouvez toute l'actualité business de la semaine dans le secteur du luxe et de la mode, compilée par la rédaction de BFMBusiness.com.

Super-Hermès, L'Oréal surfe et Bottega Venetta joue à cache-cache. Sur le front du business chic, voici ce qu'il faut retenir de la semaine qui s'est achevée le 21 mars.

> Hermès: toujours plus fort, toujours plus haut

Les profits du sellier de luxe semblent n'avoir pas de limite à leur progression. Le 20 mars, le fabricant des fameux sacs Birkin a annoncé des performances inédites: son bénéfice net a crû de 6,8% à 790 millions d'euros, un niveau jamais atteint. Sa marge opérationnelle a progressé de 32,4%, un seuil jamais vu depuis l'introduction en Bourse de la maison familiale en 1993.

Le fleuron du luxe français avait déjà publié en février un chiffre d'affaires annuel de 3,75 milliards d'euros (+7,8%), après les 3,48 milliards d'euros de 2012.

> Toi aussi, travaille dans le luxe (ou achètes-en)

La santé exceptionnelle d'Hermès se traduit en concrètement: le groupe a franchi le cap des 11.000 salariés en 2013, dont plus de 6.600 en France. Il a créé plus de 900 nouveaux emplois l'an dernier, dont une bonne moitié dans l'Hexagone.

L'industrie du luxe tout entière fait figure d'exception: quand l'ensemble du secondaire détruisait 62.000 emploi en 2013, les manufactures chics, elles, ont continué de créer des postes, qualifiés, sur le sol français.

En atteste une étude du cabinet Trendeo publiée le 19 mars. 5.000 postes en tout depuis 2009, et plus de 1.000 en 2013! C'est presque autant que l'aéronautique, qui en a créé 8.000 en cinq ans. Pour aider la France, au choix, achetez un Airbus ou consommez du luxe.

En vidéo: A Romans, l'artisanat de la chaussure de luxe renaît

> Les grands noms changent de stratégie web

Les marques de renom ont longtemps fourni le service minimum sur le web. Un très beau site, une page Facebook, un compte Twitter, des photos partout, point barre. Vendre ses produits en ligne? Répondre aux questions des internautes? Surtout pas! L'image inaccessible s'entretient.

Une ligne de conduite en train de se craqueler. Mercredi, le numéro un mondial des cosmétiques, L'Oréal, a indiqué recruter Lubomira Rochet, ex-Capgemini et Microsoft, pour diriger les activités numériques. Un poste qui vient juste d'être créé au comité exécutif du groupe.

Et depuis l'été, nombre de grandes griffes se sont mis à vendre sur leur site - Alexander McQueen, Baccarat, Cartier, Piaget, Stella McCartney, Van Cleef & Arpels ou encore Versace. Même Chanel, à défaut de céder au "shop online", s'est mis à afficher les prix de ses produits: shocking!

> Bottega Veneta joue l'exclusivité

La perle ultra haut de gamme du groupe Kering a décidé de limiter ses ouvertures de boutiques, aujourd'hui au nombre de 221 dans le monde, contre 474 pour Gucci. Le principe: se faire rare pour exacerber le désir. La marque navigue à contre-courant de ses consoeurs qui se déploient tous azimuts en Asie: elle ne s'installera que dans des pays matures en 2014.

Les boutiques Bottega Veneta

"L'atelier vénitien", dont le chiffre d'affaires a explosé de 150% en quatre ans, à plus d'un milliard d'euros, a déjà doublé son réseau de boutique depuis 2009. En freinant le rythme, et en agrandissant les surfaces qu'il détient déjà, il compte améliorer la rentabilité de ses points de vente, a-t-il annoncé le 18 mars.

En vidéo: la confection de l'emblématique sac en cuir tressé, qui a fait la renommée de la marque

Nina Godart