BFM Business

Football: Manchester United affiche une santé de fer

Manchester United a publié un chiffre d'affaires record au premier trimestre.

Manchester United a publié un chiffre d'affaires record au premier trimestre. - -

Le leader de la Premier league a publié un chiffre d'affaires record de 95 millions d'euros pour le premier trimestre de la saison. Il confirme ainsi un redressement de ses comptes, en vue du Fair Play financier.

Contrairement à d’autres clubs européens, Manchester United a décidé de se plier franchement aux règles du Fair-play financier, qui impose aux clubs de football de ne pas dépenser plus que ce qu’ils génèrent en termes de revenus. Et il s’en sort plutôt bien : au 1er trimestre de l'exercice 2012-13, United a ainsi généré un chiffre d'affaires record de 95 millions d’euros. Soit une progression de 3,4% sur un an.

Moins de dépendance aux droits TV

Le club aux 19 titres de champion d'Angleterre et aux trois Ligue des champions a, en effet, signé de nouveaux contrats de partenariat, notamment avec le géant américain de l'automobile General Motors et le groupe bancaire espagnol Santander.

Les recettes commerciales (+24,3%) et celles tirées des matches (+13,3%) ont largement compensé la baisse des revenus tirés des droits TV (-37,4%). Ce qui rend le "business model" du club encore plus solide, étant moins dépendant des droits TV. Contrairement à l’ensemble des clubs français.

Retour aux bénéfices

"Manchester United a réalisé un premier trimestre record grâce à ses activités commerciales, qui continuent de progresser fortement avec les nouveaux média et la téléphonie mobile, aux ventes de produits dérivés et aux partenariats", s'est félicité Ed Woodward, vice-directeur exécutif.

Le club, contrôlé depuis 2005 par l'Américain Malcolm Glazer, a également enregistré un retour aux bénéfices après impôt, avec 25,4 millions d’euros contre une perte de 6,2 millions d'euros un an plus tôt. Il a aussi nettement réduit sa dette, avec une baisse de 17%. Mais cette dernière reste conséquente, à près de 450 millions d'euros.

Yann Duvert et AFP