BFM Business

Enchères: qui va s’asseoir sur le fauteuil du marquis de Sade?

Hugues de Sade pose devant ce fauteuil sur lequel le marquis écrivit la plupart de ses textes. L’écrivain a même réussi à le conserver lors de ses multiples détentions à Vincennes, à la Bastille ou à Charenton.

Hugues de Sade pose devant ce fauteuil sur lequel le marquis écrivit la plupart de ses textes. L’écrivain a même réussi à le conserver lors de ses multiples détentions à Vincennes, à la Bastille ou à Charenton. - Joël Saget - AFP

"Des centaines d’objets ayant appartenu au marquis de Sade sont mis en vente à Drouot. Parmi les manuscrits et diverses reliques, le fauteuil Louis XIII sur lequel l’écrivain a écrit ses textes jusqu’à sa mort, mis à prix à 40.000 euros."

La vente qui se tient ce mercredi à Drouot promet de rassembler beaucoup de monde. Une centaine de manuscrits, lettres et objets ayant appartenu au marquis de Sade dont des pièces de théâtre inédites, sont mis en vente par ses descendants.

Parmi ces pièces, figure le fauteuil du marquis de Sade (mis à prix à 40.000 euros). Il ne s’agit pas de n’importe quel siège. C'est dans ce fauteuil, en partie d'époque Louis XIII, que Sade écrivit la plupart de ses textes. L’écrivain a même réussi à le conserver lors de ses multiples détentions à Vincennes, à la Bastille ou à Charenton.

Une autre pièce très attendue par les amateurs d’art est ce tableau attribué à Jean-Marc Nattier. Estimé entre 30.000 et 40.000 euros, il représente le père du marquis. Et comme le fauteuil, ce tableau a suivi le marquis de cachot en cachot. On trouve aussi des pièces de théâtre, un bronze du crâne de Sade (4.000/5.000 euros) ou la liste manuscrite des courses demandées par Sade de sa prison du donjon de Vincennes. Sade demande des livres, un cahier de 600 pages, "un coussin pour le croupion", "des grandes bougies de nuit" (3.000/4.000 euros).

Un héritage caché par honte pendant des décennies

L’ensemble de cette collection provient des rares choses qui ont été sauvées des flammes à la mort de Sade le 2 décembre 1814. Ce qui ne fut pas brûlé fut mis dans un coffre et scellé derrière des étagères de la bibliothèque du château familial de Condé-en-Brie (Aisne).

Les objets ont été retrouvés par les descendants du marquis, dont les parents de Thibault de Sade, l'homme à l'origine de la vente, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, Sade était devenu "un complet inconnu". Le nom même de Sade avait été "gratté sur l'arbre généalogique". "Toute leur vie, nos parents se sont battus pour faire connaître Sade, contre les préjugés, contre les mensonges et pour la vérité (...) Ils ont donné mission à leurs cinq enfants de continuer ce combat pour la connaissance" poursuit Thibault de Sade.

Sade (1740-1814) a passé au total près de 30 ans de sa vie derrière les barreaux. Son oeuvre a été occultée durant tout le XIXe siècle et ce n'est qu'au milieu du XXe siècle que l'éditeur Jean-Jacques Pauvert édita les textes de Sade malgré la censure. Sade a été édité dans la prestigieuse collection de la Pléiade en 1990.

P.S. avec AFP