BFM Business

Serge Dassault rachète "son" Mirage III aux enchères 

Dimanche, à Cannes, les fans des aventures de Tangy et Laverdure seront présents pour la vente aux enchères d'un Mirage III de 1961. Prix de départ: 28.000 euros.

Dimanche, à Cannes, les fans des aventures de Tangy et Laverdure seront présents pour la vente aux enchères d'un Mirage III de 1961. Prix de départ: 28.000 euros. - Off - AFP

"L'exemplaire était vendu désarmé et ne vole pas. Mais posséder un Mirage III fait rêver les passionnés. Finalement, c'est Serge Dassault en personne qui l'a acheté lors de la vente aux enchères de ce modèle datant de 1961 ce dimanche."

Un Mirage III des années 60 était mis aux enchères dimanche à Cannes. Tant pis pour les passionnés anonymes. C'est Serge Dassault lui-même, le PDG du groupe qui construisait l'engin, qui a racheté le modèle. 

Estimé entre 30.000 et 50.000 euros, le Mirage, vendu sans réacteur ni armes, a été acheté par l'industriel, a rapporté la maison de vente cannoise Besch. 

Cet avion de chasse livré par Dassault à l'armée de l'air française a effectué son tout premier vol le 5 avril 1961. Il est totalement désarmé et sans réacteur. La carlingue et les ailes ont été démontées.

Il avait terminé sa carrière militaire en 1995 dans l'escadrille des Ardennes, avant d'être cédé 10 ans plus tard par l'armée pour 1 euro symbolique. L'acheteur, un passionné d'objets de guerre, avait organisé son convoi jusque sur la Côte d'Azur et avait entreposé l'avion dans un hangar à bateaux de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes).

-
- © Besch Cannes Auction

"On vend un objet de collection, l'avion emblématique ne peut plus être remis en vol", stipule le commissaire-priseur Jean-Pierre Besch, qui indique que son propriétaire actuel dispose d'une autorisation préfectorale de détention de matériel de guerre. L'acheteur sera d'ailleurs soumis à l'acceptation finale de la Direction générale de l'armement (DGA).

La maison de ventes avait indiqué avant les enchères qu'une quinzaine de personnes avait manifesté leur intérêt pour l'engin. Parmi eux, un groupement de pilotes passionnés par l'armée, un collectionneur qui voulait l'installer dans son parc du sud de la France, et des artistes qui souhaitaient détourner l'objet à travers des créations.

Les enchères démarraient à 28.000 euros. Il y a une dizaine d'années, un modèle non démonté avait été adjugé en France pour 110.000 euros, selon Me Besch.

Le modèle mis aux enchères ce dimanche est un Mirage III, version E, d'une envergure de 8,22 mètres, d'une longueur de 15 mètres et d'une hauteur de 4,45 mètres. Selon le site de Dassault Aviation, l'armée de l'air française s'est fait livrer au total 183 Mirage III E, conçus pour l'attaque d'objectifs au sol à basse attitude et équipés des armes nucléaires tactiques.

P.S. avec AFP