BFM Business

Coronavirus: EasyJet assure pouvoir survivre à la crise et se prépare déjà à la reprise

"A ce stade il n'y a aucune certitude sur la date à laquelle les vols commerciaux pourront recommencer", a indiqué Easyjet.

"A ce stade il n'y a aucune certitude sur la date à laquelle les vols commerciaux pourront recommencer", a indiqué Easyjet. - Pascal Panavi AFP

La compagnie britannique se dit prête à "résister à une immobilisation prolongée des avions au sol" grâce à une série de mesures visant à préserver sa trésorerie. Son directeur général assure que les réservations reprennent.

La compagnie aérienne EasyJet a assuré jeudi être en mesure de résister à une période prolongée de paralysie du trafic aérien en raison du coronavirus, après avoir pris plusieurs mesures pour renforcer ses finances. Grâce à des "actions déterminantes", EasyJet "est bien positionnée pour résister à une immobilisation prolongée des avions au sol", a déclaré son directeur général Johan Lundgren dans un communiqué.

Le groupe, comme d'autres en Europe, a dû annuler l'écrasante majorité de ses vols en raison de la pandémie qui entraîne le confinement de milliards de personnes dans le monde et des restrictions de déplacements. Il s'agit d'un défi majeur pour les compagnies aériennes qui ont des coûts fixes énormes et se retrouvent privées de chiffre d'affaires.

Prêt de 600 millions de livres et report de commandes

EasyJet explique qu'il a désormais une trésorerie suffisante pour encaisser une immobilisation même si elle devait durer neuf mois, ce qui lui coûterait alors 3 milliards de livres de liquidités. Pour cela, EasyJet a obtenu 2 milliards de livres de financement, dont un prêt de 600 millions de livres (690 millions d'euros) du Trésor et de la Banque d'Angleterre dans le cadre du fonds d'urgence de soutien face au coronavirus.

Par ailleurs, la compagnie a dû réduire ses coûts, mettre la majorité de ses salariés en chômage partiel pour avril et mai, ou encore trouver un accord avec Airbus pour repousser la livraison de 24 avions. Ce report a même suscité la fronde du fondateur du groupe Stelios Haji-Ioannou dont la famille possède encore 34% du capital et qui aurait préféré que le groupe annule la commande en cours de 107 Airbus pour dégager encore plus d'argent.

Dans un communiqué, Stelios Haji-Ioannou appelle désormais au départ du directeur général et du président du conseil d'administration John Barton, fustigeant leur décision de conserver ce contrat avec Airbus. "Le groupe peut respirer et les investisseurs sont désormais mieux informés sur ses perspectives", souligne William Ryder, analyste chez Hargreaves Lansdown. "Le confinement va vraiment faire mal (...) mais si les vols reprennent cette année le groupe va probablement survivre et les investisseurs saluent ce degré de certitude", selon lui.

Mesures sanitaires

Le directeur général a évoqué, de son côté, lors d'une conférence téléphonique la possibilité de laisser les sièges du milieu vides, dans la phase initiale de reprise des vols, tout en précisant qu'il ne s'agit que d'une option parmi d'autres. Il a évoqué également des programmes pour désinfecter les avions et assuré que la remise en route de toutes les opérations de la compagnie ne nécessiterait pas plus de deux semaines dès lors que le trafic aérien sera à nouveau autorisé.

"Nous voyons beaucoup de gens qui veulent prendre des vacances. Les réservations pour cet été reprennent déjà, même si c’est encore loin du niveau habituel, ainsi que celles pour la saison d’hiver 2020-2021." assure Johan Lundgre, cité par Challenges.

EasyJet a en outre abordé cette crise en meilleure santé financière comme en témoigne l'amélioration de ses résultats pour le premier semestre, achevé fin mars, soit au début du choc de la pandémie. Et si les réservations pour le programme été

La compagnie indique jeudi s'attendre à une perte avant impôt et hors éléments exceptionnels comprise entre 185 et 205 millions de livres pour cette période, soit moindre qu'un an plus tôt (275 millions livres), sachant que la saison d'hiver n'est jamais très favorable pour le secteur. EasyJet précise toutefois que compte tenu des incertitudes actuelles, elle n'était pas en mesure de dévoiler de prévisions pour l'ensemble de l'exercice clos fin septembre.

P.L avec AFP