BFM Business

Réforme des retraites: les Français ne font pas confiance au gouvernement

Les Français sont inquiets pour leurs retraites, mais ne font pas confiance au gouvernement pour résoudre le problème.

Les Français sont inquiets pour leurs retraites, mais ne font pas confiance au gouvernement pour résoudre le problème. - -

Selon un sondage Ipsos, publié jeudi 2 mai, 76% des Français ne font pas confiance au gouvernement en place pour garantir l'avenir des retraites.

Plus de trois Français sur quatre ne font pas confiance au gouvernement pour garantir l'avenir des retraites.

Leur inquiétude s’amplifie même sur leurs conditions de vie après leur retrait de la vie active, selon un sondage Ipsos pour l'Union mutualiste retraite et Liaisons sociales, publié jeudi 2 mai.

76% des personnes interrogées affirment ainsi ne pas faire confiance "au gouvernement pour assurer l'avenir des retraites": 50% ne lui font "pas du tout confiance" et 26% "plutôt pas confiance".

Seulement 4% lui font "tout à fait confiance" et 20% "plutôt confiance", alors qu'il prévoit cette année une réforme pour rétablir l'équilibre financier des régimes.

L'augmentation de la durée de cotisation "nécessaire" pour 63% des Français

Selon ce sondage, 63% des Français se prononcent pour une réforme "en profondeur du système en mettant à plat tous les sujets". Un discours tenu également par Laurent Berger, le leader de la CFDT, jeudi sur BFMTV.

En ce qui concerne les mesures à prendre, 66% jugent "nécessaire" une augmentation de la durée de cotisation, 63% une hausse des cotisations retraite des salariés et des entreprises et 61% un relèvement de l'âge légal de départ.

Enfin, à propos des conditions de vie à la retraite, 80% des personnes interrogées sont inquiètes quant au montant de leur future pension et 71% le sont pour le niveau de vie.

Le dossier des retraites, qui devrait être au menu de la conférence sociale de juillet prochain, pourrait donc être un vrai casse-tête pour le gouvernement.

>> A lire aussi - Retraites: les Français pas prêts aux sacrifices

Y.D. et AFP