BFM Business

Quelles sont les régions qui créent le plus d'emplois?

L'Ile-de-France concentre 18% du volume des offres sur le territoire.

L'Ile-de-France concentre 18% du volume des offres sur le territoire. - Miguel Medina - AFP

Si les créations nettes d'emplois sont restées vigoureuses l'an passé, l'Insee observe dans une récente étude d'importantes disparités selon les régions.

Après une année 2017 record, les créations nettes d'emplois en France étaient encore très fortes en 2018, observe l'Insee dans une étude publiée début décembre. 225.000 créations nettes ont ainsi été comptabilisées l'an passé, contre 338.000 un an plus tôt. Un ralentissement dû à une croissance du PIB moins dynamique (1,7% contre 2,3%). "En outre, l’effet des politiques allégeant le coût du travail continue de s’estomper, du fait notamment de l’arrêt mi-2017 de la prime à l’embauche dans les PME", ajoute l'institut statistique.

Bond de l'emploi non-salarié

Autre enseignement de cette enquête, l’emploi salarié a augmenté deux fois moins qu’en 2017 avec 154.000 emplois créés en 2018 contre 323.000 un an plus tôt. En revanche, l’emploi non salarié a accéléré en 2018 (+71.000 après +15.000 en 2017). "Les assouplissements apportés au régime de la microentreprise, notamment le doublement des plafonds de chiffre d’affaires à compter de janvier 2018, expliqueraient ce regain de dynamisme", commente l'Insee.

Reste que si le bilan est donc globalement positif, l'institut met en avant de fortes disparités dans les régions alors qu'en 2016 et 2017 toutes les régions étaient dans le vert en matière de créations nettes d'emplois.

Ainsi, l’emploi (salarié et non salarié) augmente très fortement en Guyane (+ 4,5%), en Guadeloupe (+ 2,4%) et en Corse (+ 2,4%), où les hausses d’emplois sont particulièrement élevées dans le tertiaire, marchand ou non, et dans l’industrie.

Dans les autres régions (Île-de-France, Martinique, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire), l’emploi continue d’augmenter nettement (de +0,8% à +1,6%).

Dans toutes ces régions, sauf dans les Pays de la Loire, le tertiaire marchand y augmente davantage qu’en moyenne nationale. Le secteur est particulièrement dynamique en Martinique et en Île-de-France (+ 2,1% dans les deux régions), d’autant qu’il représente 6 emplois sur 10 dans la région parisienne.

Dans les Pays de la Loire, l’emploi du tertiaire marchand progresse plus faiblement que la moyenne nationale, mais cet écart est en partie compensé par la bonne santé de l’industrie (+ 1,7%).

La Réunion et la Bourgogne à la peine

Au contraire, l’emploi diminue à La Réunion (-1%), en Bourgogne-Franche-Comté (-0,6%), dans le Centre-Val de Loire (-0,3%) et dans le Grand Est (-0,1%). En particulier, l’emploi se replie dans le tertiaire, marchand ou non, pour ces quatre régions.

À La Réunion, les évolutions d’emploi sont les plus basses de France dans le tertiaire non marchand, le tertiaire marchand et la construction. Dans le tertiaire non marchand notamment, l’emploi diminue fortement (– 2,0 %) alors que ce secteur y représente 4 emplois sur 10.

Dans les Hauts-de-France (+0%) et en Normandie (+0,2%), l’emploi progresse très faiblement. La croissance de l’emploi dans le tertiaire marchand y est inférieure à 1,0 % et l’emploi diminue dans le tertiaire non marchand (– 0,5 % dans les deux régions).

Olivier Chicheportiche