BFM Business

Au-delà de l'emploi, il faut offrir "une carrière" aux personnes handicapées, alerte Sophie Cluzel

Invitée sur BFM Business, la secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel défend la nécessité d'inclure davantage les personnes en situation de handicap dans le milieu professionnel.

Sophie Cluzel vient de signer une charte avec de grands dirigeants d'entreprises afin de favoriser l'inclusion des personnes handicapées dans le milieu professionnel. En tant que secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, mais également en qualité d'ancienne militante associative active qui intervenait pour la scolarisation d'enfants handicapés, elle estime que ce manifeste en dix points se révèle essentiel à bien des égards.

Formation, emploi, achats responsables, diversité dans l'entreprise… L'objectif de ce document tient au fait, a-t-elle rappelé ce mercredi sur BFM Business dans l'émission "12H, L'heure H", de "mobiliser les patrons" sur la manière "de s'engager" dans cette voie. Objectif affiché: "offrir justement une carrière et un choix et une diversité de professions pour les personnes en situation de handicap. Donc je pense que cet engagement, ce n'est pas qu'une vitrine", poursuit la secrétaire d'Etat.

Une moyenne encore très loin des objectifs

Mais s'accorder sur de bonnes pratiques à instaurer en matière d'inclusion des personnes handicapées en entreprise est une chose, les mettre véritablement en œuvre en est une autre. Sur ce plan-là, Sophie Cluzel affirme que les grandes entreprises signataires s'y sont engagées "pour atterrir sur le quota" d'intégration de cette typologie de travailleurs. Lequel quota, imposé aux entreprises depuis 2005, est fixé à 6% d'individus en situation de handicap pour toute société de plus de 20 salariés.

Selon Sophie Cluzel, un certain nombre de grands comptes tricolores auraient même déjà dépassé ce ratio. "Le groupe La Poste est à 8,5%", souligne-t-elle à titre d'exemple. "Il y a déjà des grandes entreprises qui sont très avancées sur la richesse" apportée par les travailleurs en situation de handicap. Mais les chiffres le prouvent. Plus de quinze ans après la mise en place du fameux quota, les entreprises peinent encore à dépasser 3,5% de salariés handicapés en moyenne, selon l'Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées (Agefiph).

Réviser leurs process

Pour Sophie Cluzel, les entreprises doivent donc aujourd'hui plus que jamais "remettre en cause leurs process managériaux (…), travailler en performance, en productivité, en bien-être pour l'ensemble des salariés (…). L'intérêt c'est que ces grands patrons, ils puissent parler, dire quel process ils ont mis en place (…) et qu'il tendent la main aux TPE-PME. (…) Parce que l'on a besoin aussi de cette richesse de pratiques, de bonnes pratiques professionnelles à faire savoir et à faire connaître", conclut-elle.

J.C-H