BFM Business

Montebourg: "un veto de l'Etat serait possible" pour le rachat d'Alstom

Arnaud Montebourg veut protéger les entreprises "stratégiques" comme Alstom.

Arnaud Montebourg veut protéger les entreprises "stratégiques" comme Alstom. - -

Arnaud Montebourg a annoncé, ce jeudi 15 mai, l'élargissement du décret sur les entreprises "stratégiques" à cinq nouveaux secteurs. Ce soir, il affirme que c'est une protection, pas un "blocage".

"On ne découpe pas une entreprise française, en 72 heures, dans le dos du gouvernement". Voilà, en substance le message du ministre du Redressement productif et du Numérique au Journal de 20h de France 2, ce jeudi 15 mai.

Arnaud Montebourg a réaffirmé le rôle prépondérant d'Alstom. Et il affirme que, grâce à ce rôle, Bruxelles ne dira rien concernant le décret, publié ce 15 mai, qui étend à l'énergie et aux transports le mécanisme de protection des entreprises "stratégiques" contre les rachats par des groupes ou des capitaux étrangers. "S'agissant des intérêts essentiels de la nation (eau, énergie, …), l'Etat a un droit de regard", a-t-il déclaré.

"GE continue de discuter de façon constructive"

Mais le ministre du Redressement productif a surtout précisé que ce décret n'est pas un blocage de la part de l'Etat, il s'agit de créer des alliances. D'ailleurs, "GE continue de discuter de façon constructive". Néanmoins, "un veto de l'Etat serait possible"

Un peu plus tôt dans la soirée, Manuel Valls a soutenu son ministre en déclarant sur BFMTV que "des alliances sont possibles pour des entreprises comme Alstom. Mais nous défendons nos secteurs stratégiques".

"Les discussions sont toujours en cours avec l'Américain General Electric mais elles se nouent aussi avec l'Allemand Siemens, a précisé Manuel Valls. Il faut accepter l'idée de défendre nos propres intérêts".

Diane Lacaze