BFM Business

Royal: "ce n'est pas un décret protectionniste"

Ségolène Royal a souligné "la transparence" que permet ce décret.

Ségolène Royal a souligné "la transparence" que permet ce décret. - -

A la sortie d'une réunion ministérielle, la ministre de l'Ecologie est revenue sur l'élargissement du décret protégeant les secteurs stratégiques de l'économie française. Elle a expliqué que cet instrument est "un équilibre entre la protection de nos industries et les rapprochements nationaux".

Pour Ségolène Royal, Bruxelles n'a pas à s'inquiéter. A la sortie d'une réunion ministèrielle, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie est revenue sur l'élargissement du décret protégeant les secteurs stratégiques de l'économie française. Un décret sur lequel la Commission européenne a déjà mis en garde Paris contre les risques protectionnistes qu'il présente.

Or pour Ségolène Royal "ce n'est pas un décret protectionniste". "C'est un décret qui exige la transparence et la clarté dans les différents choix", a-t-elle fait valoir.

"Ce décret, c'est la protection des secteurs industriels stratégiques et, dans ce domaine, notamment l'énergie et les transports", a-t-elle poursuivi.

Avant de détailler un peu plus: "c'est un juste équilibre entre la protection de nos industries, de nos emplois, et la dynamique économique des différents rapprochements internationaux".

"Une façon d'avoir la transparence"

Ségolène Royal a ensuite été plus spécifiquement interrogée sur le dossier Alstom. A la question "est-ce que ce décret est une façon de dire non à General Electric?", elle a répondu par la négative. "C'est une façon d'avoir la transparence et une possibilité de choix", a-t-elle insisté.

"Ce qui est intéressant est que grâce à cette transparence les différents candidats améliorent les offres. Ensuite, l'Etat français pourra orienter ces offres, contrôler la véracité de ce qui est dit, ainsi que la tenue des engagements".

Interrogée sur la meilleure offre entre GE et Siemens, elle a répondu "nous ne le savons pas encore puisque les offres sont ent train d'être améliorées et c'est au vue des offres définitives et contrôlables que l'on pourra savoir".

J.M. avec BFMTV