BFM Business

Michel Sapin: "l'accord social deviendra la loi d'ici la fin de la semaine"

Michel Sapin était ce lundi 10 juin dans Good Morning Business avec Stéphane Soumier.

Michel Sapin était ce lundi 10 juin dans Good Morning Business avec Stéphane Soumier. - -

Le ministre du Travail était invité sur BFM Business le lundi 10 juin. Il y a défendu le dialogue social, rappelé la nécessité de réformer le statut d'auto-entrepreneurs, et prôné la justice sociale pour les retraites.

"Nous aurions intérêt, du point de vue du dialogue social, à nous inspirer de l'Allemagne". Ce sont les mots de Michel Sapin, le ministre du Travail, invité sur BFM Business lundi 10 mai. Il se félicitait ainsi que les pourparlers entre représentants syndicaux et patronaux aient donné lieu à l'accord social qui "devrait être publié au Journal Officiel cette semaine, et devenir la loi de la République".

>> Sur les rumeurs de plan social chez Michelin

Le dialogue social, pour Michel Sapin, c'est aussi ce qui devrait permettre à Michelin d'affronter ses difficultés. 700 emplois seraient en péril à l'usine Joué-les-Tours, en Indre-et-Loire. Une entreprise qui "gagne globalement de l'argent" doit veiller à fournir des "accompagnements extrêmement précis et efficaces". Le ministre comprend qu'elle "réfléchisse à sa rentabilité site par site". Mais "il faut que cela se fasse dans le dialogue".

Les éléments auxquels Michel Sapin va faire attention : "est-ce qu'il y a du dégât social et quelle sont les dédommagements? Est-ce que Michelin renforce sa présence en France? Quelle politique de réindustrialisation Michelin mettra en place à Joué-les-Tours?"

>> Sur la réforme à venir du statut d'auto-entrepreneur

Le ministre du Travail estime nécessaire de réformer le statut d'auto-entrepreneur, comme l'a prévu le gouvernement. "Il faut conserver cette facilité à créer une entreprise, indique-t-il, mais il faut supprimer ou adapter ce qui est destructeur d'emploi".

Dans "le bâtiment", "la réparation automobile", le régime tel qu'il existe créé "des dégâts réels", affirme-t-il. Globalement, les abus peuvent sembler peu nombreux, admet le ministre. "Dans le conseil ou les professions libérales", reconnaît-il, la concurrence déloyale est résiduelle. Mais dans le domaine du bâtiment par exemple, il le martèle, "la dérive n'est pas du tout résiduelle, dans un secteur qui en plus, connaît des difficultés".

>> Sur les pistes de réforme pour les retraites

Alors que le gouvernement peaufine actuellement sa réforme des retraites, le ministre du Travail exclut d'emblée certains leviers. "Il ne suffit pas de dire qu'il n'y a qu'à repousser l'âge légal de départ, ou qu'il n'y a qu'à allonger la durée de cotisation", souligne-t-il. Il faut "maintenir les seniors dans l'entreprise", et prendre en compte la "pénibilité". Une mesure n'est même pas envisagée, celle du repoussement de l'âge légal de départ. "Cela ne sert à rien et ne fait que créer des inégalités", tranche Michel Sapin.

Nina Godart et BFM Business