BFM Business

Medef: Lanxade veut un droit de veto sur les nominations des ministres

Thibault Lanxade est l'un des cinq candidats à la présidence du Medef.

Thibault Lanxade est l'un des cinq candidats à la présidence du Medef. - -

Le patron de PME Thibault Lanxade, candidat à la présidence du Medef, réclame ce jeudi 9 mai que les partenaires sociaux auditionnent et disposent d'un droit de veto sur les éventuels ministres de Bercy.

L'outsider Thibault Lanxade n'est pas seulement candidat à la présidence du Medef. Il se veut aussi sélectionneur des prochains ministres du gouvernement. Du moins ceux rattachés au ministère de l'Economie et des Finances.

Dans un communiqué publié ce jeudi 9 mai, le patron d'Aqoba, PME spécialisée dans les cartes de paiement, réclame un "droit de veto pour les organisations patronales et syndicales sur les nominations des ministres économie et social".

"La valse des ministres va débuter", croit-il savoir, "nonobstant la tentative du gouvernement de nous faire croire [que le remaniement] n’est pas le sujet du moment", "personne n'est dupe" assure monsieur Lanxade.

Valider les connaissances des postulants

Fort de ses certitudes, il demande que "les postulants soient dans l’obligation de réaliser une audition devant le Conseil économique social et environnemental", conseil au sein duquel siègent les représentants des organisations patronales et syndicales.

Ces derniers auraient pour mission de "valider leurs connaissances", explique le patron d'Aqoba. Et si elles étaient jugées insuffisantes, le patronat et les syndicats disposeraient d'un "droit de veto" pour rejeter leur candidature.

Un tel casting est nécessaire, selon lui, pour "arrêter de nommer des porte-parole" à Bercy, mais plutôt des personnes "non seulement engagées, mais surtout compétentes". Thibault Lanxade indique que 11 ministres s'y sont succédé depuis 1997, soit un tous les 14 mois, "une rotation importante"

Nina Godart