BFM Business

Laurent Berger (CFDT) opposé à toute réduction des allocations chômage

Laurent Berger exclut toute baisse des allocations chômage.

Laurent Berger exclut toute baisse des allocations chômage. - -

Le secrétaire général de la CFDT a prévenu, jeudi 2 janvier, que l'organisation syndicale s'opposerait à toute "réduction" ou "dégressivité" des allocations chômage. Et ce alors que les négociations sur l'assurance-chômage s'ouvrent dans deux semaines.

Les négociations sur l'assurance-chômage promettent d'être ardues. Ce jeudi 2 janvier, Laurent Berger a ainsi annoncé la couleur. Le numéro un de la CFDT a d'ores et déjà prévenu que son syndicat s'opposerait à toute "réduction" ou "dégressivité" des allocations chômage, souhaitées par le patronat. Les discussions entre partenaires sociaux, elles, débuteront le 17 janvier prochain, et devront aboutir en mars.

"Au motif que l' Unédic est en déficit, certains voudraient réduire les allocations des demandeurs d'emploi ou instaurer une dégressivité" des indemnités, écrit Laurent Berger, dans une tribune à paraître dans L'Humanité Dimanche.

"Les demandeurs d'emploi ne sont pas responsables" du déficit de l'Unedic

"Pour la CFDT c'est hors de question! Si l'Unédic est en déficit, c'est justement parce que le chômage est élevé. Les demandeurs d'emploi n'en sont pas responsables", affirme-t-il.

Le secrétaire général de l'organisation syndicale appelle Pôle emploi à "assurer un meilleur suivi des personnes les plus éloignées de l'emploi" et réclame aussi "davantage de coordination au niveau local" entre "les associations d'insertion, les missions locales, la préfecture".

Par ailleurs, rappelant la "hausse du nombre des plans sociaux dans toutes les régions, tous les secteurs" à la fin de l'année 2013, Laurent Berger estime qu'il est "urgent de mobiliser davantage pour l'emploi". "C'est mon combat, c'est celui de la CFDT. C'est le défi de toute notre société", assure-t-il.

Y. D .avec AFP