BFM Business

Laurence Parisot: "il faut accepter de travailler plus longtemps"

François Hollande a déjà rencontré les partenaires sociaux la veille, mercredi 19 juin.

François Hollande a déjà rencontré les partenaires sociaux la veille, mercredi 19 juin. - -

L'exécutif et les syndicats entament, ce jeudi 20 juin et vendredi 21 juin, leur réunion pour aborder les dossiers sociaux qui feront l'actualité au second semestre, avec en premier lieu, la réforme des retraites. Cette conférence s'engage dans un climat tendu.

C'est le deuxième grand rendez-vous social, depuis le début du quinquennat Hollande. Ce jeudi 20 juin, l'exécutif entame la consultation avec les partenaires sociaux. François Hollande a donné son coup d'envoi en les recevant à huis clos, à 8h30, après les avoir officiellement rencontré mercredi après-midi.

La première conférence, l'année dernière, avait abouti au lancement des négociations sur la sécurisation de l'emploi. Cette édition sera dominée par les discussions prédédant la réforme des retraites.

Dans le détail, le gouvernement et les partenaires sociaux plancheront autour de six tables rondes: emploi et formation, conditions de travail, filières d'avenir, retraites et protection sociale, moderniser l'action publique et "relancer l'Europe sociale".

Les syndicats seront représentés par la CGT, la CFDT, la CFE-CGC, FO, la CFTC, L'Unsa et la FSU. Le patronat comptera lui des représentants du Medef, de la CGPME et de l'UPA (Union Professionnelle artisanale).

18h36 - Ce live est désormais fermé. Retrouvez la deuxième journée de cette grande conférence sociale 2013 dès vendredi 21 juin au matin, et dès 16h, le discours de clôture de Jean-Marc Ayrault. Merci de nous avoir suivi.

17h15 - Au micro de BFMTV, Laurence Parisot se dit "très satisfaite" de l'organisation de la conférence sociale, même si "elle se contente de lancer un mouvement de concertation".
La présidente du Medef confirme également que les futures négociations sur les retraites ne seront pas une partie de plaisir. "Il est nécessaire d’allonger la durée de cotisation, mais aussi de décaler l’âge légal", avertit-elle. Sinon, "on entretient un mensonge qui aboutira à une dégradation des pensions et un appauvrissement général". Avant de conclure: "il faut accepter de travailler plus longtemps".

16h51 - Pour Arnaud Montebourg, qui préside la table ronde sur les filières d'avenir, la France produit trop de normes. "Nous voulons nous servier des idées du terrain", a ajouté le ministre du Redressement Productif.

#GCS2013 TR 3 Filières. @montebourg : "La France a une tradition normative excessive"
— unapl (@unapl_officiel) June 20, 2013

15h56 - D'après Laurence Parisot, qui cite une étude de l'Observatoire Tendance Emploi Compétence du Medef, 136.000 postes proposés par les entreprises n'ont pas été pourvus au premier trimestre 2013. Ce matin, dans son discours, François Hollande avancait le chiffre de "200.000 à 300.000 par an".

RT @LaurenceParisot: Au cours du T1 2013, 136 000 postes proposés par les entreprises n'ont pas été pourvus. (Etude TEC - Medef ) #gcs2013
— MEDEF (@medef) June 20, 2013

15h36 - Qualité de vie au travail: le Medef prône l'incitation à la négociation plutôt que l'obligation de négociation. C'est ce que tweete le compte officile de la CFE-CGC.

#GCS2013 #QVT Le medef prône l'incitation à la négociation plutôt que l'obligation de négociation.
— CFE-CGC (@CFECGC) June 20, 2013

15h15 - Si vous avez raté les principales annonces de François Hollande durant son intervention, BFMbusiness.com a fait la synthèse.

13h25 - Après le discours de François Hollande, la conférence sociale reprendra cet après-midi, dès 14h 15, avec les tables rondes. Le programme de l'après-midi comprend les rencontres sur les thèmes suivants: l'emploi et la formation professionnelle, présidée par Michel Sapin, la santé au travail avec Najat Vallaud-Belkacem, les filières d'avenir présidée par Arnaud Montebourg, la protection sociale avec Marisol Touraine, l'action publique avec Marylise Lebranchu, et l'Europe avec Thierry Repentin.

12h50 - ''Il n'y a pas de temps à perdre" affirme cette fois François Hollande, évoquant notamment la bataille pour l'emploi. "Cette bataille doit permettre de faire avancer la France et donner espoir aux Français".

12h46 - François Hollande vante à nouveau les mérites du dialogue social qui "conforte le syndicalisme". "Je suis favorable à l'ouverture d'une discussion tripartite sur le financement de la démocratie sociale".

Il explique que le dialogue sociale certes prend du temps mais "aller vite c'est rester sur place, c'est opposer les uns aux autres". "Notre réussite dépendra de notre volonté à régler ensemble les problèmes: le chômage, la protection sociale".

12h44 - En premier objectif, il cite la mise en place du pacte de croissance de 120 milliards d'euros comme enjeu commun, via notamment la BEI (Banque européenne d'investissement).

Second objectif: "l'emploi des jeunes", poursuit François Hollande.

Troisième objectif: "Eviter le dumping social". François Hollande explique qu'il va militer pour un salaire minimum dans tous les pays européen et réclamera "un harmonisation fiscale" lors du prochain sommet européen (27-28 juin).

12h41- François Hollande évoque l'aspect européen de la conférence sociale. "Quels sont les orientations de la confédération européenne des syndicats et quels sont les objectifs du gouvernement? Ils sont proches", affirme le président.

Objectifs pour prochain Conseil européen: mise en oeuvre du pacte de #croissance; emploi des jeunes; lutte contre le dumping social #GCS2013
— Élysée (@Elysee) June 20, 2013

12h39 - François Hollande rappelle l'agenda avec une conférence sociale qui durera en juillet et "peut-être" en août. Puis "le gouvernement fera connaître ses choix à la rentrée sur la réforme des retraites".

L'équilibre à long terme de notre régime de retraites par répartition n'est pas hors d'atteinte grâce à notre démographie #GCS2013 #DirectPR
— Élysée (@Elysee) June 20, 2013

12h32 - Il évoque trois principes de la réforme. D'abord la responsabilité: équilibrer les régimes. "Les efforts seront équitablement répartis". François Hollande écarte, une nouvelle fois, le report de l'âge légal de départ à la retraite, pour lui préférer une hausse des années de cotisations. Il évoque "l'emploi des seniors comme enjeu".

Second principe "La justice". François Hollande cite "les femmes et les travailleurs qui ont connu une carrière pénible". Il enchaîne sur les différences entre fonctionnaires et salariés du secteur privé. Il souligne que le taux de remplacement des pensions est similaire.

Troisième principe: "Le pilotage à moyen et long terme" pour "disposer d'une visibilité". "Il faut que les actifs et les retraités comprennent que leur système de répartition est garanti", explique François Hollande.

12h30 - "Parler des retraites, c'est parler de l'avenir, c'est envoyer un message de confiance et non pas de peur" assure François Hollande. "La réforme que nous faisons doit donner une confiance une espérance dans le système de répartition".

"L'équilibre à long terme n'est nullement hors d'atteinte", déclare le président de la République. Il évoque la démographie et la natalité, même si ceci "ne règle pas les conséquences heureuses de la baisse de la vie".

12h27 - François Hollande "veut élever le niveau de qualification", dans la réforme de la formation professionnelle, dans laquelle l'Etat dépense chaque année 30 milliards d'euros a-t-il rappelé. Il veut également que cette réforme prenne en compte l'apprentissage avec un objectif de 500.000 contrats professionnels.

Il veut davantager associer les PME au contenu de la formation, notamment en ce qui concerne l'innovation technologique. Il évoque un contrat d'apprentissage avec engagement d'embauche, "un signe fort aux jeunes" a-t-il déclaré. "L'enjeu c'est de mettre plus de jeunes dans l'emploi".

12h22 - François Hollande évoque les recrutements avortés, et les filières qui n'arrivent pas à recruter. Il cite un exemple en lien avec le salon du Bourget. "La flilière aéronautique nous exprime le besoin d'avoir des salariés qualifiés" pour faire face aux nombreuses commandes d'Airbus. "Comment remédier à ces entreprises qui ne trouvent pas d'employés?" avec en même temps un nombre record de chômeurs.

Réponse pour le président: la formation. "Former rapidement et massivement les demandeurs d'emploi". "Je propose une action conjointe de Pôle Emploi et le gouvernement", pour évaluer les métiers concernés.

12h 19 - François Hollande liste les objectifs de sa boîte à outils pour l'emploi: 100.000 contrats portant les emplois d'avenir d'ici à la fin de l'avenir, destinés aux jeunes de moins de 25 ans et peu qualifiés. Il confirme que le dispositif va être élargi au secteur privé dans certains secteurs (tourisme santé).

Comme prévu, François Hollande passe aux contrats de génération dont il évoque le succès pour les petites entreprises, avec 1.000 emplois crées chaque semaines. "Notre objectif c'est 75.000 emplois signés à mars 2014, soit 150.000 personnes concernées". Il appelle à des discussions branche par branche pour renforcer ces chiffres.

12h16 - François Hollande réaffirme son engagement: "inverser la courbe du chômage durablement à la fin de l'année".

"Nous pouvons y arriver", a-t-il affirmé, évoquant des améliorations économiques, citant notamment les Etats-Unis. "Il y a des signes de reprises", mais en attendant "nous devons mettre en place les instruments de la politique de l'emploi". Il évoque les emplois aidés. Les contrats de génération devraient suivre...

12h13 - La conférence sociale "est un espace de concertation et de dialogue qui nous permet de connaître les chantiers sur lesquels l'Etat et les partenaires sociaux se mobilisent", explique François Hollande. "Si je ne devais retenir qu'un seul enjeu c'est l'emploi", poursuit-il, évoquant le chômage "un gâchis pour l'économie".

12h10 - Hollande passe à la réforme bancaire, vantant le projet de loi portant ce chantier, avance la séparation des activités des établissements français. "A quoi sert-il d'avoir des taux d'intérêts faibles, s'il n'y a pas des crédits derrière? Préparer l'avenir c'est investir". Il a, à ce titre, rappelé l'enjeu des investissements d'avenir.

12h08 - François Hollande rappelle l'importance du pacte de compétitivité. "C'est une amélioration des marges des entreprises de 20 milliards d'euros". "Ce dispositif est simple, il a des effets dès 2013, et prévoit un mécanisme de préfinancement sans qu'il n'y ait besoin de lourdes démarches", justifie-t-il. "Préparer l'avenir c'est aussi réparer l'appareil productif" a-t-il ajouté.

12h05 - "Comment admettre que la sécurité sociale soit obligée d'emprunter pour financer ses dépenses", s'est exclamé Hollande. "Cela revient à dire que ce sont les générations futures qui vont payer", rappelle le président.

"Nous avons décidé de rééquilibrer les comptes sociaux, et de le faire dans la justice". Il rappelle les efforts faits sur la politique familiale avec sa mesure phare: la limitation des bénéfices dûs au quotient familial.

Le sérieux budgétaire ne sera pas, en France, l'austérité #GCS2013 #DirectPR
— Élysée (@Elysee) June 20, 2013

12h02 - "L'assainissement budgétaire ne sera pas l'austérité". François Hollande a évoqué la nécessité du désendettement mais a assuré que celui-ci ne se fera pas sans croissance. "En 2014 j'ai demandé au gouvernement de poursuivre l'ajustement par les économies et non pas des hausses d'impôts. Tout le monde aime les économies, sauf quand on les présente...", a pesté le président.

Mais les économies "ce n'est pas la coupe automatique", fait-il valoir. En rappelant les priorités du gouvenement: sécurité, éducation et emploi. "Toutes les dépenses n'ont pas la même autorité", fait -il remarquer.

11h59 - "Les taux d'intérêt dans notre pays sont les plus faibles de notre histoire". François Hollande souligne ce point pour évoquer les pistes de rebond de l'économie. "Il y aura une amorce de reprise au second semestre."

"Nous devons retrouver la confiance, l'espérance", a expliqué François Hollande. "Les pays qui avancent sont ceux qui ont décidé de se doter d'une volonté collective", argue le président de la République.

11h56 - François Hollande vante le dialogue social. En référence à l'accord sur l'emploi , fruit de la précédente conférence sociale, qui n'a pas été signé par tous les syndicats, il a dit respecter le choix des orgnaisations qui n'ont pas signé.

11h52 - Dans quelques minutes, François Hollande prononcera le discours d'ouverture de la conférence sociale. C'est ce qu'annonce le compte Twitter du ministère du Travail.

Dès 12h, retrouvez le discours d'ouverture du Président de la République sur http://t.co/hsBiGRr7ZR et déjà toutes les infos sur la #GCS2013
— Ministère du Travail (@Minist_Travail) June 20, 2013

10h45 - Pour la CFE-GGC la priorité de la conférence sociale, c'est l'emploi. C'est ce que tweete la présidente de la confédération du syndicat, Carole Couvert:

Pour @cfecgc la priorité de la conférence sociale c'est l'emploi = un plan de relance et des actions concrètes du gouvernement maintenant !
— couvert carole (@carolecouvert) June 20, 2013

9h39 - Bayrou veut "un régime unique" de retraites. Alors que le sujet sera le point central des discusssions de la conférence, le président du Modem a déclaré que "Nous ne sortirons pas du problème des retraites si nous n'avons pas un régime unique pour tous les Français". Il explique néanmoins que la convergence des régimes devra être "progressive".

8h54 - La conférence sociale a débuté peu après 8H30. Avant son commencement les partenaires sociaux ont livré leurs premières déclarations.

> "Dans ce type de rencontre, il y a toujours une partie 'com', de la scénarisation. Il s'agit de se parler; on se parlera mais on n'est pas d'accord", prévient Jean-Claude Mailly (FO).

> "Je n'ai pas le sentiment que ce soit plus tendu que l'année dernière", a néanmoins tempéré Laurence Parisot (Medef).

> "Dans cette rencontre l'essentiel c'est l'emploi (...) c'est ce qui mine la société", a pour sa part souligné Laurent Berger (CFDT).

A LIRE AUSSi:

>> Les syndicats à fleur de peau avant la conférence sociale

>> Conférence sociale: le dossier des retraites déminé?

>> Le patronat tente de se mettre d'accord sur sa représentativité

Le titre de l'encadré ici

|||

>> L'ESSENTIEL:

- Le gouvernement reçoit les représentants des partenaires sociaux pour la seconde conférence sociale du quinquennat, jeudi 20 juin et vendredi 21 juin
 - Les discussions seront dominées par l'emploi et surtout la réforme des retraites
- Le Medef a déjà fait savoir qu'il était "déçu" du rapport Moreau

Julien Marion et Audrey Dufour