BFM Business

La réforme des retraites coûtera 500 millions supplémentaires en 2013

Les retraites complémentaires seront fortement impactées par la réforme Hollande (Photo : AFP)

Les retraites complémentaires seront fortement impactées par la réforme Hollande (Photo : AFP) - -

Le retour partiel à la retraite à 60 ans va peser sur les comptes des régimes complémentaires alors que ceux-ci voient déjà fondre leurs réserves. Cette augmentation n'a pas été prise en compte par le gouvernement.

Le coût du rétablissement partiel de la retraite à 60 ans sera nettement plus élevé qu'annoncé par le gouvernement. BFMbusiness.com l'expliquait le 6 juin dernier. Le conseil d'administration de l'Arrco, le régime de retraite complémentaires des salariés non-cadres, vient de calculer ce surcoût. Il atteindra 60 millions cette année, la réforme ne devant entrer en vigueur qu'à l'automne. Puis 490 millions d'euros en 2013.

Les responsables de l'Agirc, le régime complémentaire des cadres, se réuniront mardi 26 juin pour chiffrer la hausse. Elle devrait être plus faible, aux alentours de 15 millions d'euros en année pleine, moins de cadres pouvant prétendre à la mesure qui nécessite d'avoir commencé à travailler à 18 ou 19 ans.

Aucun financement encore prévu

Au total, la réforme promise par François Hollande devrait donc peser de 500 millions d'euros en 2013 sur les comptes des régimes complémentaires. Ce coût devrait s'alourdir les années suivantes en raison de la montée en puissance du dispositif.

Ce coût viendra évidemment s'ajouter à celui pesant sur le régime de base, c'est à dire celui de la sécurité sociale : 1,1 milliard d'euros en 2013 selon le gouvernement, 3 milliards à l'horizon 2017. Ces dépenses seront financées par une hausse de 0,5 point des cotisations retraites payées par les salariés et les employeurs.

Selon les calculs des complémentaires, le coût pour ces régimes pourrait donc à terme représenter la moitié de celui pesant sur la sécurité sociale. Sauf que rien n'a été prévu par le gouvernement pour le financer. L'Agirc et l'Arrco étant gérés par les partenaires sociaux (patronat et syndicats), c'est à eux de trouver la solution. Soit une hausse des cotisations, soit une baisse de la valeur du point de retraite servant de calcul à la pension.

BFMbusiness.com