BFM Business

Jean-Paul Delevoye au Medef : "Notre société n'est pas en crise mais en métamorphose"

Le président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye, s'est exprimé à l'université d'été du Medef

Le président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye, s'est exprimé à l'université d'été du Medef - -

Pour le deuxième jour consécutif, BFM Business se délocalise à l'université d'été du Medef. Ce 30 août, c'est le président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye, qui a pris place dans notre studio éphémère.

"Notre pays qui a porté le siècle des lumières voit aujourd’hui le progrès comme un facteur de risque". C’est ce qu’a regretté Jean-Paul Delevoye. Durant dix minutes, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) n’a pas vraiment formulé d’annonces mais a tenu un discours en altitude, une sorte d’analyse sociologique de notre époque.

Jean-Paul Delevoye considère ainsi que la crise que nous traversons est en réalité une "métamorphose de notre société". Il estime que "notre futur est la remise en cause du présent". Pour aller vers cet avenir, le président du CESE estime qu’"il faut qu’on retrouve le goût d’entreprendre".

Fédérer les peuples autour d'un projet d'avenir

L’essentiel pour Jean-Paul Delevoye est de veiller à ce que la population adhère aux projets du gouvernement, à lui montrer qu’il y va de son intérêt. "S’il n’y a pas d’espérance que l’Europe peut améliorer notre quotidien, il y aura un repli sur nous-même, un rejet de l’étranger", prévient ainsi le président du Conseil économique et social.

Insistant encore sur la nécessité de fédérer la nation autour d’un projet d’avenir, il regrette que "notre pays donne la primauté au conflit plutôt qu’au dialogue". Or, selon lui, "les changements ne seront acceptés par les peuples que s’ils en comprennent les enjeux".

Cet avenir meilleur, c’est pour Jean-Paul Delevoye dans une Europe plus fédérale, et plus sociale qu’on le trouvera. Pour conclure, il rappelle que "l’Europe a besoin d’un sursaut politique, d’un équilibre économique et social".

BFMbusiness.com