BFM Business

Jean-Marc Ayrault rassure les patrons à l'université d'été du Medef

Jean-Marc Ayrault inaugure l'université d'été du Medef sur le campus de HEC

Jean-Marc Ayrault inaugure l'université d'été du Medef sur le campus de HEC - -

Le Premier ministre était le premier chef d'un gouvernement socialiste à inaugurer l'université d'été du Medef, ce mercredi 29 août.Il a témoigné sa confiance aux chefs d'entreprise, tout en leur rappelant la nécessité de rétablir les finances publiques de l'Etat.

Laurence Parisot l’avait d’emblée mis en garde. Les entreprises "ne font pas semblant d’aller mal", a déclaré la présidente du Medef, en introduction au discours de Jean-Marc Ayrault, lors de l’université du Medef, mercredi 29 août.

Prévenu, le Premier ministre a donc commencé par rassurer le patronat. Il a ainsi rappelé que dès son discours de politique général au Parlement, en juillet dernier, il avait affirmé qu’il "estime les chefs d’entreprise". "Et le gouvernement que je dirige souhaite résolument encourager et mobiliser la France qui entreprend".

Il a ainsi considéré que les chefs d'entreprises "sont la force vive du Redressement productif" car vecteurs de croissance et d'emploi. L’ex-maire de Nantes a aussi assuré qu’il venait à l’université d’été du Medef "avec un esprit d’ouverture, tout en étant attentifs aux difficultés comme aux propositions" des entreprises. "Pour le gouvernement, il ne s'agit pas d'ajouter de nouveaux freins à la conduite des entreprises", a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement en a profité pour rappeler sa foi dans le dialogue avec les partenaires sociaux, en référence à la grande conférence sociale de juillet dernier. "Je ne tiens pas de double discours, je dis la même chose aux patrons et aux syndicats", a-t-il déclaré, contrant les arguments de ceux qui pourraient lui reprocher de chercher à séduire les uns plus que les autres.

Le choix du sérieux budgétaire

Mais Jean-Marc Ayrault, a ensuite rappelé aux chefs d’entreprise l'impératif de "renforcer la crédibilité financière du pays", en évoquant l’Europe et "l'engagement européen que nous avons pris de consolider les finances publiques du pays". Il a souligné qu'"une crédibilité accrue de la France" sur ses engagements budgétaires "sera profitable aux entreprises". Et "pour peser en Europe et dans le monde il nous faut redevenir durablement compétitif" et "crédible", a-t-il déclaré.

"C'est pourquoi, nous avons fait clairement le choix du sérieux budgétaire en mettant en oeuvre le redressement de nos comptes publics", conclut Jean-Marc Ayrault.

Il a également appelé les entreprises à se mobiliser "sur les chantiers" que le gouvernement a mis en place, citant la sécurisation de l'emploi, les emplois d'avenir, les contrats de génération. "J’ai confiance dans ces négociations", s’est réjoui le chef du gouvernement.


Julien Marion