BFM Business

Grève dans la fonction publique: à quoi faut-il s’attendre ce mardi?

Transports, énergie, santé... De nombreux secteurs subiront d'importantes perturbations ce mardi en raison de la grève dans la fonction publique. Tour d'horizon.

La mobilisation s’annonce particulièrement suivie. Les syndicats de fonctionnaires (FO, CGT, FSU, Solidaires, CFTC, CFE-CGC et FA-FP ) ont lancé un appel unitaire à la mobilisation mardi pour protester contre les projets de réforme de la fonction publique et réclamer une amélioration du pouvoir d’achat.

Parmi les mesures envisagées par le gouvernement et dénoncées par les fonctionnaires: le recours accru aux contractuels, la mise en place d’une rémunération au mérite, la fusion de certaines instances représentatives du personnel, l’instauration d’un plan de départs volontaires, la réinstauration du jour de carence, le gel du point d’indice ou encore la suppression de 120.000 emplois d’agents publics d’ici la fin du quinquennat.

Mais plus largement, les syndicats protestent contre la "remise en cause fondamentale de l’organisation même la fonction publique". "Les organisations ne partagent pas […] les objectifs poursuivis par le gouvernement consistant à réduire le périmètre de l’action publique avec la perspective d’abandon, voire de privatisation de missions publiques", écrivaient-elles dans un communiqué. Ainsi, outre l’éducation qui devrait être impactée, de nombreux secteurs risquent de subir d’importantes perturbations.

  • Transports

Si le prochain épisode de grève à la SNCF à l'appel des syndicats CGT, Unsa et CFDT ne débute que mardi soir, SUD-Rail, qui a déposé un préavis de grève illimitée, appelle ses troupes à se mobiliser mardi avec les fonctionnaires. Localement, des cheminots se joindront aux cortèges.

Dans les airs, des syndicats de contrôleurs aériens appellent à la grève sur des revendications d'effectifs, face à un trafic en hausse, de conditions de travail et de pouvoir d'achat. La Direction générale de l'aviation civile a recommandé aux compagnies aériennes de réduire de 20% leur programme de vols à Orly, Lyon et Marseille.

Sur la route, la fédération FO transports et logistique, qui menace par ailleurs d'un conflit à partir du 3 juin pour des sujets propres aux routiers, appelle à la mobilisation pour soutenir "sans réserve les luttes" des fonctionnaires et cheminots.

  • Énergie

Des turbulences sont à attendre dans le secteur où les quatre fédérations représentatives -CGT, CFE-CGC, CFDT et FO- appellent toutes à la grève pour la défense du service public de l'électricité. Elles citent par exemple les menaces qui pèsent sur le statut des salariés des industries électriques et gazières ou les barrages hydrauliques.

Un appel qui pourra se traduire par des baisses de la production électrique, le passage en heures creuses pour les usagers ou des coupures de courant.

  • Santé 

Les personnels des hôpitaux et des services sociaux seront sans doute encore nombreux dans les défilés pour réclamer de meilleures conditions de travail et des effectifs plus importants. Mais la "continuité des soins" sera assurée du fait de la possibilité d'assigner les grévistes.

  • Pôle Emploi, Météo France, postiers…

Pôle Emploi tournera également au ralenti: sur fond de rumeurs autour de l'éventuelle réduction de 4000 postes dans les trois prochaines années, les conseillers sont appelés à faire grève par huit syndicats qui jugent "inconcevable de supprimer des postes alors même que nous n'arrivons pas à accompagner tous les demandeurs d'emploi".

Chez Météo France, les personnels seront mobilisés eux aussi contre les suppressions de postes. Enfin, les postiers, les salariés de la culture et de l'audiovisuel public, les personnels territoriaux dans les médiathèques battront aussi le pavé.

P.L avec AFP