BFM Business

Le gouvernement prêt à faire des efforts pour les fonctionnaires les plus "mal payés"

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics - Martin Bureau - AFP

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics, veut mettre en place des rattrapages.

Le ministre de l'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, souhaite une revalorisation de la rémunération des fonctionnaires les plus "mal payés", "mais pas pour tout le monde", a-t-il annoncé sur Europe 1 au lendemain d'une journée de mobilisation des agents publics.

Le gouvernement entend "faire du rattrapage sur des métiers" comme celui d'"infirmière" ou "un certain nombre de métiers de catégorie C" -la plus basse-, a détaillé le ministre, au lendemain d'une journée de grève et manifestations qui a vu des centaines de milliers de fonctionnaires défiler dans la rue, essentiellement pour leur pouvoir d'achat. Ce rattrapage ne concernera pas "tout le monde, parce qu'il y a des agents dans la fonction publique qui sont payés correctement, et d'autres qui sont effectivement mal payés", a expliqué Gérald Darmanin.

Le point d'indice reste gelé

Il a ainsi réaffirmé que le point d'indice, qui sert au calcul de la rémunération des fonctionnaires des trois versants de la fonction publique (État, territoriale et hospitalière), resterait gelé. L'augmentation du point d'indice coûte "deux milliards" d'euros, pour "quelques euros sur la feuille de paie de ceux qui sont mal payés dans la fonction publique", a-t-il justifié.

L'exécutif souhaite également accroître la part du salaire "au mérite" des agents, a rappelé Gérald Darmanin. Interrogé sur le calendrier de ces mesures, le ministre a rappelé qu'"un an de négociation" est prévu avec les organisations syndicales. "Nous présenterons un projet de loi au début de l'année 2019", a-t-il également redit.

D. L. avec AFP