BFM Business

Fagor-Brandt: Montebourg refusera la reprise par un fonds spéculatif

Fagor-Brandt, en dépôt de bilan depuis début novembre, a repris partiellement son activité ces jours-ci.

Fagor-Brandt, en dépôt de bilan depuis début novembre, a repris partiellement son activité ces jours-ci. - -

Le ministre du Redressement productif a indiqué, ce jeudi 19 décembre, croire à l'avenir de Fagor-Brandt, filiale française du groupe Fagor, en dépôt de bilan depuis le 6 novembre. Il s'oppose néanmoins à sa reprise par un "voleur de marque".

"Notre stratégie est de trouver un repreneur, mais pas n'importe quel repreneur", a déclaré Arnaud Montebourg ce jeudi 19 décembre, devant les salariés de l'usine de Saint-Jean-de-la-Ruelle, dans le Loiret.

Alors que la date-limite pour déposer une candidature à la reprise de Fagor-Brandt est fixé à la mi-janvier, le ministre du Redressement productif assure qu'il sera "intraitable avec toute forme de reprise qui ressemblerait à un fond spéculatif ou à un voleur de marque".

La filiale française du groupe Fagor, qui a déposé son bilan le 6 novembre, a reçu "plusieurs manifestations d'intérêt", selon lui. Mais le gouvernement privilégiera "un projet durable, qui maintiendrait le plus grand nombre de sites possible avec le plus grand nombre de salariés dans l'emploi possible". Un tel projet pourrait même bénéficier de prêts publics, a souligné le ministre.

10 millions de fonds publics

Arnaud Montebourg croit à l'avenir du Français. Quelques-uns des 1.800 salariés étaient au chômage partiel depuis plusieurs semaines, ont repris partiellement leur activité les 17 et 18 décembre. Près de 380 salariés, soit 20% des effectifs totaux, ont repris le chemin des usines sur les quatre sites français du fabricant d'électroménager.

La reprise de la production a été rendue possible par l'octroi de 10 millions d'euros de fonds publics via le nouveau "fond de résistance économique". Fagor est en effet considérée par Arnaud Montebourg comme "une force du Made in France", "un outil industriel que nous avons fait le choix de préserver".

FagorBrandt est, selon lui, "une entreprise qui est viable, qui a un avenir, un outil industriel qui a des clients, qui est innovant". Rappelant qu'"un quart des fours vendus en France portent la marque de votre travail, de votre compétence", le ministre au Redressement productif a appelé les Français à faire preuve de patriotisme en cette période de Noël: "Achetez Sauter, de Dietrich, Brandt, Fagor, Vedette", a-t-il lancé.

N.G.