BFM Business

FagorBrandt dépose le bilan

La filiale française du groupe Fagor a demandé sa mise en redressement judiciaire.

La filiale française du groupe Fagor a demandé sa mise en redressement judiciaire. - -

La filiale française du groupe Fagor vient de demander, ce mercredi 6 novembre, sa mise en redressement judiciaire. La maison-mère espagnole, Fagor, dépose également le bilan.

C'est officiel, FagorBrandt dépose le bilan. Ce mercredi 6 novembre, la filiale française du groupe Fagor demande sa mise en redressement judiciaire. La maison-mère espagnole, Fagor, dépose également le bilan.

"FagorBrandt a annoncé son intention de déposer une cessation des paiements avec placement de l'entreprise sous protection judiciaire", a déclaré à l'AFP Thierry Léonard, directeur général de FagorBrandt, précisant que la demande sera déposée d'ici à jeudi soir au tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine).

A mi-journée, juste avant l'annonce, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, assurait que l'exécutif français voulait "sauver le maximum de sites et préserver le plus possible d'emplois".

Dans ce but "les gouvernements français et espagnol veulent unir leurs efforts pour organiser une reprise des activités", déclarait Arnaud Montebourg à l'issue du conseil des ministres.

Le groupe croule sous les dettes

Cette société française était menacée depuis que la maison-mère de Fagor, la coopérative Mondragon, avait renoncé, il y a une semaine à sauver le groupe qui croule sous une dette de 850 millions d'euros.

La filiale polonaise de Fagor a été la première à déposer le bilan, le même sort semble attendre Fagor-Brandt. L'ensemble du groupe Fagor emploie 5.700 personnes dans le monde et environ 2.000 dans l'Hexagone sur quatre sites.

Diane Lacaze