BFM Business

Emploi : le CDD multi-remplacement bientôt expérimenté

-

- - -

Le gouvernement va publier un décret qui autorise l’expérimentation du CDD multi-remplacement dans onze secteurs d’activités. Pour les entreprises, il sera possible d’utiliser un seul contrat court pour remplacer plusieurs salariés absents.

Sera-t-il bientôt possible de compenser plusieurs départs en vacances avec un seul contrat court ? Oui, pour le gouvernement, qui s'apprête à publier un décret autorisant l’expérimentation du CDD multi-remplacement, rapporte Les Echos. En clair : les entreprises pourront créer un CDD unique pour remplacer plusieurs salariés. Ce type de contrat pourra par exemple être utilisé afin de compenser les congés d’été de plusieurs collaborateurs d’affilée. Jusqu’ici, il était nécessaire de signer autant de contrats que de personnes à remplacer.

Onze secteurs tests

Le texte prévoit des expérimentations jusqu’à fin 2022, dans onze secteurs d’activité. Dans le détail, précisé par Les Echos : le sanitaire, social et médico-social. La propreté et le nettoyage. L’économie sociale et solidaire. Le tourisme en zone de montagne. Le commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire. La plasturgie. La restauration collective. Le sport et les équipements de loisir. Le transport routier. Les industries alimentaires. Et enfin les services à la personne.

Ce nouveau contrat est censé aider ces entreprises gourmandes en contrats courts à limiter le taux de séparation avec leurs salariés. Et donc, de moins les pénaliser lors de la mise en place du système de « bonus-malus », rapporte Les Echos. Ce dispositif, qui entrera en application en 2021, modulera en effet leurs cotisations à l’assurance-chômage en fonction de leur nombre de contrats finissants.

Approbation du patronat, pas des syndicats

Le patronat soutient ce CDD multi-remplacement, qui obéira aux mêmes règles qu’un CDD classiques. En revanche précise les Echos, pour les syndicats, ce nouveau type de contrat n’aidera pas à résoudre les causes de la précarité.

Antoine Laurent