BFM Business

Pour le patronat, le bonus-malus sur les contrats courts va "décourager l'emploi"

Geoffroy Roux de Bézieux

Geoffroy Roux de Bézieux - ERIC PIERMONT / AFP

Pour le patronat, la mise en place d'un bonus-malus sur les contrats courts risque de "décourager l'emploi" et traduit une "vision punitive" de l'économie.

Après les syndicats, le patronat s'en prend à son tour à la réforme de l'assurance chômage. Le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a regretté ce mardi la mise en place du bonus-malus sur les contrats courts, une mesure "inefficace qui découragera l'emploi" et traduit une "vision punitive" de l'économie, un avis partagé par la CPME.

"Sans nier qu'il y a dans certains cas des abus, la réalité, c'est que ce sera soit inefficace, soit au pire ça découragera l'emploi", a-t-il dit à sa sortie de Matignon, où Edouard Philippe a dévoilé la réforme de l'assurance chômage avec Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. "C'est une vision punitive de l'économie qui aura très très peu d'effet", a-t-il assuré.

Geoffroy Roux de Bézieux a salué "le renforcement de Pôle emploi", avec 1000 conseillers supplémentaires annoncés par le gouvernement. Globalement, il a jugé que le "volet indemnisation" de la réforme va "dans le bon sens".

"Un employeur va réfléchir à deux fois" avant d'embaucher

Son homologue de la Confédération des PME (CPME), François Asselin, a qualifié d'"idée saugrenue" la décision de mettre en place le bonus-malus, une mesure qui "ne répondra pas à l'inflation des contrats courts", selon lui. "Un employeur va réfléchir à deux fois" avant d'embaucher, a-t-il estimé.

Saluant les mesures d'incitation de reprise à l'emploi, il a considéré que le gouvernement aurait pu aller "plus loin". "Dans un contexte où beaucoup d'entreprises sont en recherche de compétences, lorsqu'un salarié potentiel refuse un CDI et n'accepte qu'un CDD, c'est un peu étonnant qu'à la fin de son CDD il puisse accéder au régime assurantiel", a argumenté François Asselin.

Paul Louis avec AFP