BFM Business

Brexit: les députés britanniques excluent de quitter l'UE sans accord

-

- - Mark Duffy - UK Parliament/AFP

Les députés britanniques ont rejeté d'extrême justesse l'option d'un Brexit sans accord mercredi soir, un vote qui ouvre la voie à une demande de report de la sortie de l'UE. Après l'échec de mardi soir, Theresa May proposera un nouveau vote sur son accord négocié avec Bruxelles d'ici le 20 mars.

Au lendemain du nouveau rejet du plan de Brexit présenté par Londres et Bruxelles, les députés britanniques ont à nouveau voté ce mercredi, pour savoir s'ils se laissaient la possibilité de quitter l'Union européenne sans aucun accord le 29 mars prochain, ou s'il fallait exclure cette hypothèse.

Résultat: la Chambre des communes a adopté un amendement à 312 voix contre 308 pour appeler le gouvernement à exclure de quitter l'UE sans accord, quel que soit le scénario.

Ce vote n'en représente pas moins un nouvel échec pour la Première ministre Theresa May, qui avait proposé un texte différent de celui qui a été adopté, excluant également un "no deal" mais sans l'enlever définitivement de la table. Dans la foulée de ce vote, Theresa May a fait savoir qu'elle proposerait un nouveau vote sur son accord négocié avec Bruxelles d'ici le 20 mars. 

Les députés doivent à présent se prononcer jeudi, dans leur troisième vote de la semaine, sur une demande de report "limité" du Brexit. Celle-ci devra cependant obtenir l'aval de l'Union européenne, qui presse le Royaume-Uni de préciser ce qu'il veut.

Le rejet d'une sortie sans accord n'a pas non plus éloigné "le nuage d'incertitude" décrit par le chancelier de l'Echiquier mercredi quant à l'avenir du pays. Dans ce contexte incertain, l'institut officiel OBR a réduit à 1,2% sa prévision de croissance pour 2019. Près de trois ans après avoir voté, en juin 2016, pour quitter l'Union européenne, le Royaume-Uni, profondément divisé, ne parvient pas à se décider sur la manière de partir. 

Les députés ont repoussé une seconde fois mardi l'accord de retrait de l'Union européenne, laborieusement négocié pendant 17 mois entre Theresa May et les dirigeants de l'UE. Comme l'a résumé le ministre de l'Environnement Michael Gove mercredi, jusqu'à présent la Chambre des communes a été très bonne pour dire non", mais "elle doit désormais décider ce qu'elle veut".

Demande de report 

Car côté UE, on attend des précisions, surtout si le Royaume-Uni veut obtenir un délai. L'Union européenne serait "prête à envisager" l'octroi d'un délai si le Royaume-Uni présentait une requête "motivée", a fait savoir la Commission européenne. Les 27 pays de l'UE devront donner leur accord à l'unanimité.

Mais "prolonger cette négociation pour quoi faire? La négociation, elle est terminée", s'est agacé Michel Barnier. "Ce traité est et restera le seul traité disponible", a-t-il affirmé en brandissant un exemplaire de l'accord de divorce de près de 600 pages devant les députés européens à Strasbourg. "Si un délai additionnel était demandé, il faudrait alors qu'on nous explique pour quoi faire (...) Ce ne peut être pour renégocier un accord que nous avons négocié durant de nombreux mois et dont nous avons dit qu'il n'était pas renégociable", a déclaré en écho mercredi le président français Emmanuel Macron.

Merkel veut un Brexit "ordonné"

Côté Royaume-Uni comme UE, on accélére les préparatifs en cas de "no deal". L'Irlande aussi a voté une loi mercredi pour amortir le choc en cas de sortie sans accord. Toutefois, Londres comme Bruxelles ont répété qu'ils ne souhaitaient pas ce scénario. Et la chancelière Angela Merkel a estimé qu'un Brexit "ordonné" était dans l'intérêt de tous et restait l'"objectif".

Il est "important" également pour les Européens de "parvenir à un résultat raisonnable", a ajouté la chancelière, laissant entendre qu'elle était disposée à continuer les discussions avec Londres sur une formule de compromis qui satisfasse les deux parties. Mercredi, le ministre britannique des Finances a appelé les députés à trouver un "consensus", sous la forme d'un accord permettant une sortie "ordonné" de l'UE.

Pascal Samama avec AFP