BFM Business

Au Royaume-Uni, la polémique enfle autour des nouveaux billets en partie composés de graisse animale

Des billets de 5 et 10 livres sterling

Des billets de 5 et 10 livres sterling - Justin TALLIS / AFP

La Banque d'Angleterre vient d'annoncer que le "papier" des nouveaux billets de 50 livres seront composés de polymère et d'un peu de suif. De quoi provoquer l'indignation des adepte du vegan et de certaines communautés religieuses.

Comme la zone euro, le Royaume-Uni s’attelle depuis 2016 au lifting de ses billets. Après les coupures de 5, 10 et 20 livres sterling, c’est au tour de celles de 50 livres d’être renouvelées. Une opération anodine à première vue, sauf qu’elle est loin de faire l’unanimité outre-Manche.

En effet, la Banque d’Angleterre a confirmé que, comme les précédentes coupures, les billets de 50 livres seront fabriqués en polymère pour les rendre plus résistants, contrairement aux billets en euros produits, eux, en pure fibre de coton, rappelle Ouest-France qui relaye une information de The Independent.

Des billets composés de graisses animales 

Problème, ces coupures composées de polymère contiennent, à hauteur de 0,05% du suif, un composant obtenu par la fonte de la graisse animale. De quoi déclencher la colère de la communauté vegane et religieuse. "C’est problématique que dans notre société, nous continuons de croire que nous pouvons utiliser les animaux comme bon nous semble", a expliqué Dominika Piasecka, porte-parole du groupe "The Vegan Society".

La décision de la Banque d’Angleterre de remplacer le coton par le polymère pour produire ses nouveaux billets avait déjà suscité la polémique en 2016, année de mise en circulation des nouvelles coupures de 5 livres. Une pétition contre l’utilisation du suif avait recueilli 138.000 signatures.

"Les nouveaux billets de cinq livres contiennent de la graisse animale sous forme de suif. C'est inacceptable pour les millions de vegans, végétariens, hindous, sikhs, jaïns et autres au Royaume-Uni. Nous demandons que vous (la banque d'Angleterre, ndlr) cessiez d'utiliser des produits animaux dans la production de la monnaie que nous utilisons", pouvait-on lire sur la pétition.

L'huile de palme comme seule alternative

Malgré les nouvelles réactions hostiles, la Banque d’Angleterre ne modifiera pas son procédé de fabrication et le billet de 50 livres sera comme ses prédécesseurs à base de polymère.

Selon elle, la seule alternative à l’utilisation de graisses animales serait l’huile de palme qu’elle refuse toutefois d’utiliser pour des raisons environnementales. D’autant que le remplacement des composants qui entrent actuellement dans la fabrication des billets coûterait quelque 16,5 millions de livres sur les dix prochaines années.

Paul Louis