BFM Business

Retraites: la CFDT veut une réforme systémique, "juste et redistributive"

Le leader de la CFDT, favorable à un système universel à points, a appelé de ses vœux une réforme des retraites systémique qui soit "porteuse de progrès". Laurent Berger conteste le constat pessimiste sur l'aggravation du déficit des régimes de retraite d'ici 2025 et réfute toute réforme paramétrique sur la durée de cotisation ou l'âge-pivot.

"C'est une réforme porteuse de progrès et à la condition qu'elle soit juste que soutient la CFDT" a affirmé Laurent Berger à l'issue de la réunion du bureau national de la confédération, qui s'est tenue ce jeudi. Favorable de longue date au principe d’un système universel par points pour les retraites, la CFDT a mis la pression sur le gouvernement. Le syndicat réclame, dans une communication officielle, "qu'il se positionne clairement et rapidement sur le projet de réforme des retraites qui est en cours de préparation".

"Nous demandons au président de la République qu'il applique son programme en mettant en oeuvre une réforme systémique sans réforme paramétrique qui serait inutile, anxiogène et source d'inégalité" a souligné Laurent Berger.

Le numéro un de la CFDT fait, ici, une allusion directe aux conclusions pessimistes du rapport du COR sur le déficit grandissant des régimes de retraite à l'horizon 2025 qu'il conteste. "D'ici en 2025, la part des retraites dans le PIB restera stable à 14% mais les déficits sont imputables aux choix politiques qui consistent à baisser le nombre de fonctionnaires. Cette baisse des ressources est imputable au gouvernement et les mesures paramétriques d'âge et de durée de cotisation sont infondées actuellement" a ajouté Laurent Berger.

"Si le gouvernement veut s'en tenir à une réforme paramétrique, la CFDT s'y oppose" a-t-il déclaré. "Il est grand temps que le gouvernement sorte de 'ambiguïté. (...) On a besoin de clarté et de lisibilité", a-t-il souligné, dénonçant la "construction politique" que constitue le retour à l'équilibre financier du régime en 2025.

Frédéric Bergé