BFM Business

Réforme des retraites : Jean-Paul Delevoye veut plus de temps pour les concertations

Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites

Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites - Eric FEFERBERG / AFP

Jean-Paul Delevoye, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, veut prendre le temps et plaide donc pour un nouveau délai afin de poursuivre les négociations.

Jean-Paul Delevoye ne veut surtout pas brusquer les syndicats. Il réclame donc quelques mois de concertation supplémentaires. Rien n'a été encore validé par l'Élysée. En tout état de cause, pas question pour autant de reporter l'objectif final, l'ambition reste bien, nous dit-on au sein du cabinet du Haut commissaire, de faire adopter la loi en 2019, conformément à l'engagement pris par le chef de l'Etat. Et la loi, elle, s'appliquera bien en 2025. Mais les discussions pourraient durer un peu plus longtemps que prévu.

« C'est une question de respect » explique Jean-Paul Delevoye. En effet, ce dernier ne veut surtout pas brusquer les choses, alors que les responsables syndicaux commencent sérieusement à s'impatienter. « Après 150 heures de discussion, nous n'en sommes toujours qu'à l'apéritif » nous dit l'un d'eux. « Il sera grand temps de passer des concepts à la réalité car ce n'est pas avec des concepts que se nourrissent les retraités » s'agacent un autre responsable, au cœur des négociations.

Beaucoup de principes, peu de concret

Pour l'instant en effet, seuls les grands principes ont été arrêtés. Les 42 régimes seront bien fusionnés en un seul système à point. Les droits acquis jusqu'ici seront préservés à l'euro près. Les retraités actuels ne seront pas concernés. Même chose pour tous ceux qui sont nés avant 1962. Reste maintenant à traduire concrètement ces grands principes. Et tous les sujets sont plus explosifs les uns que les autres : quel sera la valeur du point qui déterminera au final le montant des pensions ? Sur quels critères sera-t-il indexé ? Comment garantir les droits acquis dans l'ancien système ? Personne en effet ne sait trop comment appliquer ce principe à des salariés du privé qui n'ont encore que 10 ans de carrière et dont la pension était jusqu'ici censée être calculée sur les 25 meilleures années ? Autre sujets d'inquiétude pour les syndicats : comment vont être harmonisées les règles des 13 régimes de pension de réversion actuels ?

Un signal fort qui vise à rassurer

Les inquiétudes sont si fortes que certains syndicats commencent à se demander si cette concertation est bien réelle et si les réponses ne sont pas déjà écrites à l'avance. Et c'est tout l'enjeu de ce nouveau délai. Jean-Paul Delevoye, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, veut convaincre qu'il est déterminé à prendre son temps, déterminé à s'appuyer sur les partenaires sociaux et que rien ne se jouera sans eux.