BFM Business

Primaire à droite: Juppé et Sarkozy ajustent leurs mesures

Alain Juppé a légèrement revu à la baisse sa mesure sur la dégressivité des allocations chômage

Alain Juppé a légèrement revu à la baisse sa mesure sur la dégressivité des allocations chômage - Martin Bureau - AFP

L'ex Premier-ministre a revu à la baisse la dégressivité des indemnités chômage qu'il prévoit tandis que Nicolas Sarkozy a augmenté les efforts qu'il compte faire via la réforme des retraites.

Un débat est aussi l'occasion pour les candidats de réviser à la marge quelques mesures. C'est ce qui s'est passé ce jeudi 13 octobre lors du premier débat de la primaire de la droite et du centre sur TF1.

Tout d'abord, Alain Juppé a un tout petit peu rectifier tir sur la dégressivité des allocations chômage, tablant non plus sur une baisse de 25% mais de 20%. "La loi prévoira une dégressivité de 20% à partir d'une année, puis également 20% à partir de 18 mois", a déclaré le maire de Bordeaux.

Sarkozy de 17 à 19 milliards d'euros

Dans une interview publiée jeudi matin dans Le Parisien/Aujourd'hui en France, l'ancien Premier ministre précisait vouloir mettre en place "des indemnités en baisse de 25% après douze mois de chômage, puis -25% supplémentaires au 18e mois d'indemnisation", reprenant la proposition présentée dans son livre "Cinq ans pour l'emploi".

La semaine dernière, il avait précisé sa proposition sur la dégressivité des allocations chômage, évoquant notamment un plancher de 870 euros et une dégressivité au bout d'un an. Mais "je ne ferai cela que si le marché du travail redémarre", avait-il glissé.

De son côté, Nicolas Sarkozy a lui révisé à la hausse le montant des économies sur lesquelles il table avec sa réforme des retraites. "Je propose qu'on passe à 63 ans en 2020, 64 ans en 2025, c'est 19 milliards d'euros de recettes", a-t-il assuré. Il chiffrait cette économie à 15 milliards d'euros la semaine dernière dans une interview au Figaro. Les autres candidats à la primaire de la droite et du centre proposent tous de passer l'âge légal de 62 à 65 ans.

J.M. avec AFP