BFM Business

Pourquoi la peur du Grexit s’éloigne

Nicolas Doze est éditorialiste sur BFM Business.

Nicolas Doze est éditorialiste sur BFM Business. - BFM Business

"Le Parlement grec a voté une réforme en matière de fiscalité et de système de retraite propre à satisfaire ses créanciers."

Athènes a voté dans la nuit de dimanche à lundi les réformes des retraites et de l’impôt sur le revenu. Ces réformes étaient exigées par les créanciers pour poursuivre les versements de crédit internationaux en faveur de la Grèce. Athènes sera ainsi sans doute en mesure de rembourser plusieurs milliards d’euros à la BCE le 20 juillet prochain ; ce qui lui permettra d’éviter un nouveau risque de défaut.

L’autre question est celle de l’allègement de la dette grecque qui pèse désormais 180% du PIB. L’Eurogroupe de Bruxelles de ce lundi 9 mai devrait commencer à acter qu’une restructuration est inévitable, en ajoutant qu’un haircut reste hors de question.

Il est évident que la Grèce ne pourra jamais vivre avec l'euro, mais en même temps la Zone euro redoute de ne pas survivre sans la Grèce. Autrement dit personne en Europe n’est prêt à aller à un clash permettant de tester grandeur nature une sortie de l’euro d’un pays qui a fait sienne la monnaie unique voici plus de 15 ans. Un scénario dont on ne connait pas et dont on ne maîtrise par les conséquences.

Nicolas Doze, édité par A.R.