BFM Business

Plus de 10 millions d’euros pour Charlie Hebdo

De nombreux kiosques étaient en rupture de stock, seulement quelques heures après la mise en vente du numéro de Charlie Hebdo.

De nombreux kiosques étaient en rupture de stock, seulement quelques heures après la mise en vente du numéro de Charlie Hebdo. - Pascal Guyot - AFP

L’explosion du nombre d’abonnements et le tirage exceptionnel de ce mercredi, mais aussi les dons et les aides publiques, devraient assurer la pérennité financière du journal à moyen terme.

La solidarité nationale a donc opéré ce mercredi, les Français se ruant dans les kiosques pour acheter le premier numéro de Charlie Hebdo depuis les attentats sanglants du 7 janvier.

Résultat : en cumulant ventes, abonnements, dons et aide publique, l’hebdomadaire pourrait recueillir plus d'une dizaine de millions d'euros, une manne pour ce petit magazine qui fin décembre ne savait plus comment payer ses salariés.

Plus de 120.000 abonnés

Imprimé à 5 millions d'exemplaires, vendu 3 euros pièce, le numéro de 13 janvier devrait rapporter 8 millions d'euros, s'il est intégralement écoulé. Le journal touchera en effet la totalité des recettes pour le premier million d'exemplaires (soit 3 millions d'euros), dans le cadre d'une grande opération de solidarité de toute la chaîne d'impression et de distribution, qui a accepté de travailler gratuitement, en rendant leur commission pour aider Charlie Hebdo et les familles des victimes.

Comme habituellement pour ses ventes, le journal percevra aussi quelque 40% des recettes sur les 4 autres millions, soit environ 4,8 millions d'euros.

Charlie Hebdo a également multiplié par plus de dix son nombre d'abonnements en quelques jours, passant de moins de 7.000 à "beaucoup plus" de 120.000 abonnés, a indiqué sur RTL Patrick Pelloux. A la veille de l'attentat, lors d'un dîner avec Charb, les deux hommes s'étaient réjouis d'avoir gagné... 50 abonnés supplémentaires, a-t-il raconté.

Air France achète 20.000 exemplaires

Le journal bénéficie aussi d'achats inattendus, comme Air France qui a acheté 20.000 exemplaires pour ses passagers, au tarif plein, alors que la compagnie bénéficie généralement de prix très réduits.

En outre, les dons affluent de France et de l'étranger. Le fonds "Presse et pluralisme", qui permet de faire des dons défiscalisés aux médias, a annoncé avoir déjà reçu mercredi 1,4 million d'euros apportés par plus de 21.000 particuliers. Et certaines entreprises organisaient des collectes de leur côté.

La ministre de la Culture Fleur Pellerin a quant à elle promis de débloquer une aide d'urgence d'un million d'euros et envisage de permettre au journal satirique, comme à d'autres hebdomadaires comme Le Monde Diplomatique, de percevoir des aides structurelles, comme les quotidiens.

eBay et Amazon contribuent

Même les géants américains de l'internet ont apporté leur écot. Le fonds Google pour l'innovation numérique dans la presse, cogéré par les éditeurs, va lui accorder 250.000 euros. Les sites eBay et Amazon se sont eux engagés à reverser à Charlie Hebdo les éventuelles commissions perçues sur les produits estampillés "Je suis Charlie".

En novembre, le journal, dont les ventes de 28.000 exemplaires par semaine ne suffisaient plus à payer les salaires, avait lancé un appel aux dons pour survivre. Juste avant l'attentat, il avait récolté 250.000 euros et quelques centaines d'abonnés en plus.

Y.D. avec AFP