BFM Business

Mobilisation générale pour sauver Charlie Hebdo

La meilleure façon d'aider Charlie Hebdo reste de s'y abonner.

La meilleure façon d'aider Charlie Hebdo reste de s'y abonner. - Martin Bureau - AFP

Médias et citoyens s’organisent pour assurer l’avenir financier de l’hebdomadaire. De son côté, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a annoncé vouloir débloquer un million d’euros en urgence.

Après le choc, la riposte. L’attaque des locaux de Charlie Hebdo, qui a provoqué la mort de 12 personnes le 7 janvier, n’empêchera pas l’hebdomadaire d’investir les kiosques.

"On va continuer, on a décidé de sortir la semaine prochaine. On est tous d'accord", a ainsi indiqué jeudi Patrick Pelloux, l’un des chroniqueurs. Mais comment faire avec une rédaction anéantie et des locaux détruits, pour un journal déjà en grande difficulté financière?

La réponse tient en un mot: la solidarité. Les médias, d’abord, s’organisent pour assurer à leur confrère une sécurité à court terme. Libération a ainsi offert son soutien logistique, en hébergeant dans ses locaux les rédacteurs du prochain numéro. Radio France, Le Monde (qui a aussi apporté une aide financière) ou France Télévisions ont également indiqué qu’ils mettaient à disposition "l’ensemble de leurs moyens humains et matériels".

Le "Guardian" va verser 130.000 euros

Les éditeurs de presse, eux, ont décidé de débloquer 200.000 euros via le fonds "Presse et pluralisme", tandis que le fonds Google pour l’innovation numérique devrait contribuer à hauteur de 250.000 euros.

Charlie Hebdo a également reçu une aide d’un montant non précisé de la part de Canal Plus, et plusieurs organes de presse – à l’instar de Courrier International - devraient reverser une partie des recettes de leur prochain numéro. La mobilisation gagne d’ailleurs l'étranger puisqu’au Royaume-Uni, le Guardian a annoncé qu’il verserait l’équivalent de 130.000 euros à l’hebdomadaire satirique. En outre, les distributeurs de presse français, suisses et belges distribueront gratuitement le prochain numéro.

Fleur Pellerin veut "changer les textes" des aides à la presse

Le gouvernement, lui aussi, compte bien apporter sa pierre à l’édifice. La ministre de la Culture Fleur Pellerin a ainsi annoncé jeudi qu’elle comptait "débloquer en urgence" environ un million d'euros pour Charlie Hebdo, afin "d'assurer sa pérennité".

Ses équipes travaillent également pour "changer les textes", afin qu'il puisse bénéficier "d'aides structurelles" auxquelles un hebdomadaire satirique n'a pas droit, selon les règles actuelles des aides à la presse, a-t-elle précisé.

Enfin, les appels aux dons se multiplient, qu’ils proviennent du journal lui-même ou d’anonymes. Sur le site Leetchi.com, par exemple une cagnotte en ligne avait déjà recueilli plus de 50.000 euros ce vendredi.

Le prochain numéro de Charlie Hebdo sera tiré à un million d’exemplaires, au lieu de 50.000 en temps normal. Les recettes des ventes devraient à coup sûr apporter une bouffée d’air frais aux finances de l’hebdomadaire. Mais la meilleure façon d’œuvrer à sa survie reste de le soutenir sur le long terme: selon Europe 1, 8.000 abonnements ont déjà été souscrits lors des dernières 48 heures.

Les politiques se mobilisent

Certains élus, à l'instar de Daniel Fasquelle, le député-maire du Touquet. "Charlie Hebdo tire à 60.000 exemplaires par semaine et connat des difficultés financières. Si chaque commune de France (ou sa bibliothèque) prend un abonnement, le tirage augmenterait de 50% et le journal serait sauvé. Personnellement, j'abonne demain la ville du Touquet et j'invite tous les autres maires de France à en faire autant", a-t-il indiqué à BFMTV.

Y.D.