BFM Business

Les fonctionnaires réclament de pouvoir être licenciés

Délai de carence en cas d'arrêt maladie, régime de retraite calqué sur le privé, licenciements: une association de fonctionnaires territoriaux réclame des réformes de leur statut, auxquelles adhèrent une majorité de leurs collègues.

Révolution chez les fonctionnaires. L’Association des Administrateurs Territoriaux de France vient de présenter ses propositions aux candidats à la présidentielle. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles démontrent le désir de changements souhaité tant par ses cadres que par l'ensemble des membres de la fonction publique.

Des fonctionnaires qui veulent du changement

Les agents de la Fonction publique territoriale sont en réalité bien plus disposés à la réforme qu'on ne le croit. Ces cadres des collectivités locales proposent que la fonction publique soit traitée de la même façon que le secteur privé. À commencer par le délai de carence en cas d'arrêts maladie. Selon ces fonctionnaires en charge de l'encadrement, il faut le rétablir afin de mieux lutter contre l'absentéisme. Et, selon un sondage réalisé (*) à la demande de leur association par Ipsos, 54% des agents de la fonction publique territoriale ne sont pas hostiles à ce rétablissement d'une règle instituée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Autre proposition: la mise en place progressive d'un régime de retraite commun aux fonctionnaires et aux salariés du privé. 46% des agents y sont, eux aussi, favorables. De quoi conforter Emmanuel Macron dans sa volonté d'aligner tous les régimes de retraite du public et du privé.

Dernière proposition, ô combien symbolique: les cadres de la fonction publique souhaitent simplifier les procédures de licenciement des agents territoriaux en cas d'insuffisance professionnelle. Et là encore, cette mesure reçoit le soutien de... 66% des principaux intéressés.

(*) Sondage réalisé auprès de 500 fonctionnaires territoriaux interrogé du 9 au 13 février par internet.

Alexandra Paget, édité par N.G.