BFM Business

La transition énergétique, défi du nouveau gouvernement allemand

Sigmar Gabriel, président du parti social-démocrate, est le futur ministre de l'Economie et de l'Energie.

Sigmar Gabriel, président du parti social-démocrate, est le futur ministre de l'Economie et de l'Energie. - -

En Allemagne, Sigmar Gabriel, président du SPD, sera officiellement nommé ministre de l’Economie et de l’Energie, mardi 17 décembre. L’ancien opposant d’Angela Merkel devra faire face au vaste chantier de la transition énergétique.

Le nouveau gouvernement allemand est quasiment installé. La coalition en place va donc pouvoir se pencher sur les grands dossiers du moment, dont l'évolution de la politique énergétique. Car la transition énergétique destinée à sortir définitivement du nucléaire pèse considérablement sur les ménages. Du coup, des aménagements sont à l'ordre du jour.

L'idée n'est pas de revenir sur le principe de transition énergétique mais bien de ralentir la cadence. Dans l'éolien terrestre et offshore notamment, les objectifs pourraient être revus à la baisse.

Les ménages payent cher la transition

Au rythme auquel elle se concrétise aujourd'hui, la transition énergétique a un coût énorme du fait de l’envolée des prix de l’électricité, déplorent les entreprises.

Tout le débat se focalise autour de l'exemption de taxes dont bénéficient les énergies vertes. En leur garantissant un tarif de vente élevé, l'Allemagne a, certes, réussi à faire décoller l'éolien et le solaire. Mais ces exemptions, les ménages en ont payé la facture depuis une dizaine d'années.

C'est donc bien d'une remise à plat de cette politique tarifaire dont il sera question ces prochaines semaines. Et les industriels traditionnels seraient eux aussi concernés.

Même s'ils souffrent clairement de la concurrence des renouvelables, ils ne payent pas la taxe sur le kilowattheure qui permet de financer cette transition énergétique, et ont bénéficié de plusieurs milliards d’euros de subventions pour atténuer le choc. Des aides dont ils craignent de devoir se passer à l'avenir.

Guillaume Paul