BFM Business

L'Irlande et l'Espagne n'ont plus besoin de l'aide internationale

BFM Business
L'Eurogroupe a annoncé, jeudi 14 novembre, que l'Espagne sortirait en janvier prochain de son programme d'aide pour les banques. Dans le même temps, l'Irlande a confirmé qu'elle quittait, elle aussi, son programme d'aide.

Même si la reprise se fait attendre en zone euro, la situation des pays en difficultés semble quelque peu s'améliorer. Jeudi 14 novembre, l'Eurogroupe a en effet annoncé que l'Espagne sortirait en janvier de son programme d'aide pour les banques, sans filet de sécurité de ses créanciers.

"Nous soutenons pleinement la décision de l'Espagne de ne pas demander de nouvelle aide financière au MES après la sortie de son programme d'aide en janvier 2014", écrivent les ministres dans un communiqué publié à l'issue de leur réunion à Bruxelles.

L'aide fournie par le MES, le filet de sécurité de la zone euro, "s'est avérée efficace pour traiter les fragilités du système financier (espagnol). La situation générale du secteur bancaire espagnol s'est significativement améliorée", note encore le communiqué.

La quatrième économie de la zone euro avait été frappée doublement en 2008 par l'éclatement de sa bulle immobilière et le démarrage de la crise financière internationale. Le pays s'était vu octroyer au printemps 2012 une aide de 41,3 milliards d'euros par la zone euro.

L'Espagne et l'Irlande félicitées par l'Eurogroupe

Cette annonce coïncide avec celle du gouvernement irlandais, qui a indiqué jeudi qu'il quitterait comme prévu le programme d'aide de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), le 15 décembre, "sans facilité de crédit de précaution pré-arrangée".

"Les Irlandais et les Espagnols sont passé par une période difficile, mais j'ai confiance dans le fait que leurs efforts seront payants", a commenté au cours d'une conférence de presse Jeroen Dijsselbloem, qui préside l'Eurogroupe, et qui a "félicité les deux pays en ce moment important".

Le ministre espagnol des Finances, Luis De Guindos, a souligné que la situation de l'Espagne était "très différente" de celle de l'Irlande car Madrid a continué de se financer sur les marchés pendant la période où elle a bénéficié d'une aide.

Y. D avec AFP