BFM Business

Réforme des retraites: les avocats veulent prendre la "tête de la fronde des indépendants"

Les avocats protestent contre la réforme des retraites

Les avocats protestent contre la réforme des retraites - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

À la veille de la présentation de la réforme des retraites, le Conseil national des barreaux a dénoncé le futur "système universel" qui "condamne à mort les cabinets d'avocat et l'accès au droit" en menaçant "l'indépendance financière de la profession".

Le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 68.000 avocats français, a mis en garde ce mercredi contre une réforme des retraites qui "condamne à mort les cabinets d'avocat et l'accès au droit".

À la veille de la remise du rapport du haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui doit dessiner le futur "système universel" de retraites censé remplacer les 42 régimes existants, le CNB se dit dans un communiqué prêt à prendre "la tête de la fronde des indépendants".

"Le Conseil national des barreaux refusera toute absorption dans le régime universel et remet en cause le principe même de la réforme qui condamnerait à mort l'indépendance financière de la profession", indique le conseil qui précise qu'il appellera à "une mobilisation sans précédent et à une manifestation dès septembre" si ses demandes ne sont pas prises en compte.

Doublement des cotisations

Les avocats estiment être les plus menacés parmi les professions libérales: "Le doublement des cotisations retraite, de 14 à 28% provoquera notamment une hausse exponentielle du taux de charges des avocats, passant ainsi de 46 à 60%". "Doubler les cotisations retraite des avocats c'est condamner une profession à la mort économique. Et avec elle l'accès au droit!", a tonné la présidente du CNB Christiane Féral-Schuhl, ajoutant: "Nous ne nous laisserons pas faire".

Le CNB estime que "les avocats perdraient également tous les avantages liés au principe de solidarité professionnelle de leur régime... Un principe qui protège les avocats au revenu plus faible et leur garantit le plein exercice de leurs fonctions".

Le futur "système universel" de retraites esquissé par Jean-Paul Delevoye restera "public et par répartition". En octobre, le projet prévoyait que les travailleurs indépendants bénéficient "d'un régime de cotisations adapté afin de ne pas bouleverser les équilibres économiques de leur activité". Jean-Paul Delevoye a depuis précisé que pour "bénéficier à 100% des outils de solidarité" comme le minimum de pension, les agriculteurs, artisans et autres libéraux devront tout de même accepter les mêmes prélèvements que les salariés jusqu'à environ 40.000 euros brut de revenus annuels.

Actuellement, les avocats partent en moyenne à la retraite à 65 ans, le revenu médian est d'environ 44.000 euros, "en décroissance depuis plusieurs années" et avec de fortes disparités, selon le rapport Haéri publié en février 2017. 

Paul Louis avec AFP