BFM Eco

Dès janvier 2020, le prix de l'électricité pourrait grimper de 4% 

Cette hausse de 4% est la conséquence de l'augmentation du prix du mégawattheure qu'EDF facturera 45 euros le 1er janvier au lieu de 42 actuellement.

Cette hausse de 4% est la conséquence de l'augmentation du prix du mégawattheure qu'EDF facturera 45 euros le 1er janvier au lieu de 42 actuellement. - AFP

En 2019 deux hausses, en juin et en août, ont fait grimper le prix de l'électricité respectivement de 5,9% et 1,23%. Une troisième, de 4%, pourrait arriver en janvier.

Le prix de l'électricité va-t-il a nouveau grimper dès le 1er janvier 2020? Officiellement non, mais des signes dévoilent qu'une hausse de 4% pour le consommateur pourrait bel et bien arriver avec la nouvelle année. Les fournisseurs alternatif envisageraient cette augmentation en conséquence de celle qu'EDF devrait leur infliger.

Le prix du mégawattheure (MWh) devrait passer de 42 à 45 euros, comme l'avait signalé Le Parisien début septembre en révélant un "accord confidentiel obtenu par la France auprès de la Commission européenne pour obtenir le feu vert sur la scission d'EDF. En échange de la séparation de ses activités de distribution (Enedis) et de production (le nucléaire)". Désormais, les choses semblent se confirmer.

"Compte tenu du plafond actuel des volumes d'électricité nucléaire mis à disposition par EDF aux fournisseurs alternatifs et de la hausse des prix de marché, on risque d'avoir une augmentation de près de 4 % des tarifs d'électricité réglementés début 2020", explique aux Echos Naima Idir, présidente de l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode).

Cette hausse du tarif réglementé, si elle est validée par la Commission Européenne, se répercutera donc sur la facture moyenne d'un foyer se chauffant à l'électricité. Elle devrait grimper d'environ 60 euros et de 30 euros pour ceux qui se chauffent au fioul ou au gaz, selon un calcul du Parisien. Personne n'y échappera, ni les 8 millions de clients des fournisseurs alternatifs, ni les 25 millions d'abonnés aux tarifs régulés d'EDF.

Deux hausses en 2019

Cette nouvelle hausse risque de ne pas très bien passer auprès des consommateurs, d'autant qu'en 2019, ils déjà ont subi deux hausses. En juin, le tarif réglementé a augmenter de 5,9% et de 1,23% au début du mois d'août. 

"Compte tenu du climat social actuel, et des revendications autour du pouvoir d'achat, une telle décision serait vécue comme une injustice", a confié Naima Idir au Parisien.

En effet, en août dernier, la seconde hausse des tarifs, avait déjà soulevé un tollé. Elle a été contestée par les associations de consommateurs. Désormais, la Commission de régulation de l'énergie s'inquiète des conséquences de cette nouvelle hausse sur l'ajustement du tarif réglementé. La CRE module les prix en en additionnant les coûts de l'énergie (prix sur le marché de gros et prix du nucléaire historique), le coût d'acheminement de l'électricité (réseaux de transport et de distribution) et le coût de commercialisation. Cet été, le gouvernement avait annoncé qu'il modifierait ce mode de calcul complexe.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco