BFM Business

Des dépôts pétroliers restent bloqués et des stations-service à sec

Des stations-service sont à court de carburants comme ici dans l'Hérault, prés de Montpellier.

Des stations-service sont à court de carburants comme ici dans l'Hérault, prés de Montpellier. - Pascal Guyot-AFP

Au lendemain des annonces du gouvernement, des "gilets jaunes" poursuivent ce mercredi leurs filtrages ou blocages sur les routes. Ils ciblent toujours des dépôts pétroliers, routes et zones commerciales, avec toujours des stations-services à court de carburants.

Alors qu'en Bretagne, l'accès aux dépôts pétroliers de Lorient et Brest a été débloqué, aucun camion-citerne ne pouvait quitter ce mercredi matin le dépôt pétrolier du Mans (Sarthe), bloqué depuis dimanche soir. Des "gilets jaunes" se "relaient" sur le barrage, leur nombre pouvant varier au cours de la journée "d'une quinzaine à 200", a indiqué un employé de l'entreprise.

Le dépôt pétrolier de La Mède (Bouches-du-Rhône), touché par un mouvement social depuis fin novembre, était bloqué mercredi, selon Total, tout comme celui de Grand-Puits, en Seine-et-Marne.

En Loire-Atlantique, des barrages filtrants persistent près de la raffinerie Total de Donges et du port de Saint-Nazaire, selon la préfecture. Les "gilets jaunes" mènent également une opération de barrage filtrant devant la raffinerie du Midi à Dijon.

Stations-service à sec en Bretagne, Normandie et dans le Sud-Est

Si ces blocages ou barrages filtrants n'affectent qu'une petite minorité des 200 dépôts pétroliers, dont 50 majeurs selon Total, des pénuries d'essence affectent toujours certaines régions, principalement la Bretagne, la Normandie, les Pays de la Loire et le sud-est (Gard, Var, Hérault, Alpes-Maritimes).

Le pétrolier Total, qui possède 2100 stations-service en France, sur les 11.000 existantes, en comptabilisait 145 en rupture totale dans la matinée, un chiffre "à peu près stable" ces deux derniers jours. Fonctionnant à l'aide des contributions des automobilistes, l'application Essence&co recensait elle plus de 600 stations touchées en milieu de matinée, dont 250 en rupture totale.

Une dizaine de stations-service sont à sec ou manquent de carburants autour de Lyon, situation due à "une surconsommation ponctuelle", selon la préfecture. "Halte aux approvisionnements de précaution!", a aussi averti la préfecture de la Sarthe dans un communiqué, appelant les automobilistes au "civisme" et à la "responsabilité".

Mais après le déblocage du dépôt de Lorient, "la situation va se résorber progressivement", a tenu à rassurer la préfecture du Morbihan dans un communiqué. Dans le Finistère aussi, la situation revient peu à peu à la normale.

Routes et zones commerciales toujours affectées

Sur le réseau autoroutier, Vinci fait toujours état ce mercredi de plusieurs manifestations et barrages, notamment sur l'A9 dans l'Hérault, au niveau des péages de Frontignan, Saint-Jean-de-Védas ou Lunel, sur l'A54 dans le Gard, sur l'A50 à proximité de la Ciotat (Bouches-du-Rhône) ou Sanary-sur-Mer (Var).

Plusieurs entrées de l'autoroute A7 sont aussi inaccessibles dans le Vaucluse, notamment à Orange ou Bollène. Un barrage est signalé à l'entrée de l'A10 à Châtellerault (Vienne), et des manifestants sont rassemblés autour de certains accès de l'A10 et de l'A62 en Gironde et dans le Lot-et-Garonne, ou au niveau du péage de Biriatou à la frontière franco-espagnole, sans toutefois empêcher les véhicules de passer.

L'accès à l'aéroport de Marignane, près de Marseille, était aussi perturbé mercredi matin par "un barrage filtrant", a indiqué l'aéroport dans un tweet.

Opération escargot près d'Albi 

Dans le Tarn, un cortège rassemblant engins de BTP, tracteurs et véhicules légers a mené mercredi matin une opération escargot depuis Réalmont, en direction d'Albi. En Dordogne, quelques dizaines d'entreprises du BTP se sont jointes au mouvement pour protester contre la fin programmée de l'avantage comparatif pour le gazole non routier, qui les mettrait en péril.

Des "gilets jaunes" ont également poursuivi les blocages de poids-lourds sur les routes, laissant souvent passer les voitures de particuliers comme dans le Gard ou dans le Lot.

Un peu partout en France, des manifestants continuent d'investir des ronds-points et des zones commerciales. C'est le cas notamment dans le Finistère, en Seine-Maritime, à Nîmes autour d'une plateforme Auchan, ou à Lannion (Côtes d'Armor), où des "gilets jaunes" ont bloqué tôt dans la matinée l'entreprise Nokia, selon Ouest France et Le Télégramme.

F.Bergé avec AFP