BFM Business

APL: les gilets jaunes relaient une fausse information

Sur les réseaux sociaux, plusieurs "gilets jaunes" se plaignent de voir leur APL baisser et accusent le gouvernement de vouloir faire des économies pour financer la hausse de la prime d'activité. En réalité, la Caf procède comme chaque année à une réactualisation de la situation des allocataires.

Sur les groupes Facebook de "gilets jaunes", plusieurs internautes se plaignent d'un nouveau coup porté à leur pouvoir d'achat. Ils viennent de recevoir un courrier de la Caf les informant du nouveau montant de leur allocation personnalisée au logement qui se révèle en baisse. La perte est parfois rude: une femme membre du groupe "gilet jaune" explique qu'à partir de janvier, elle ne touchera plus que 6 euros par mois contre 136 euros précédemment. Une mère de famille parle de 400 euros en moins, une autre de 100 euros, selon des témoignages collectés par le Parisien. Pour ces 'gilets jaunes", cette baisse de leur allocation a une explication: le gouvernement, qui a décidé d'augmenter la prime d'activité, cherche des sources d'économies pour compenser ces dépenses supplémentaires. Et il a décidé de réduire l'aide au logement.

Une explication qui ne tient pas la route. Comme tous les ans en décembre, les caisses d'allocations familiales procèdent à une analyse des revenus des allocataires. En fonction de changement de leur situation personnelle (revenus en hausse, enfant ayant quitté le foyer familial, perte d'un emploi), leurs droits sont révus. Pour certains, à la hausse… et pour d'autres à la baisse. " Les Caisses d'allocations familiales procèdent de cette façon tous les ans" expliquent les services du cabinet du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, au Parisien.

Actualiser plus rapidement les aides

Une réforme des APL est bien en cours, mais elle ne sera effective que l'année prochaine, au plus tôt à la fin du printemps. Elle vise à faire correspondre de manière plus actualisée les allocations versées aux revenus des personnes concernées. Actuellement, le montant des aides est établi sur les revenus touchés deux ans plus tôt. Le nouveau mode de calcul aura pour base la moyenne des revenus des douze derniers mois, et sera réactualisé tous les trois mois. Il n'y aura aucune déclaration à faire, la Caf utilisant les données issues des déclarations de revenus.

Cette réforme a pour objectif de s'adapter plus rapidement aux changements de situation des allocataires. Une personne qui voit ses revenus baisser drastiquement n'aura plus à attendre deux ans pour bénéficier d'une aide qui l'aidera à affronter cette mauvaise passe. Mais elle a aussi des revers: les jeunes qui passent du statut d'étudiant à celui de salarié perdront donc leur APL dans les trois mois qui suivent leur entrée dans le monde du travail et non plus deux ans après. Selon le Canard enchaîné, cette réforme pourrait conduire à diminuer ou supprimer les aides actuellement versées à 1,2 million de personnes. Avec à la clé, une économie d'au moins 1 milliard d'euros pour l'Etat.

C.C.