BFM Business

Pour l'Insee, la France est entrée en récession

La croissance française est en berne

La croissance française est en berne - -

Selon les chiffres publiés par l'Insee, ce mercredi 15 mai, la croissance a été de -0,2% au premier trimestre 2013 après un dernier trimestre 2012 également à -0,2%. Ce qui signifie que la France est en récession.

Pour l'Insee, la France est en récession. Selon les chiffres communiqués ce mercredi, la croissance a été de -0,2% au premier trimestre après un dernier trimestre 2012 également à -0,2%. D'un point de vue purement comptable, une économie plonge en récession si elle connaît deux trimestres consécutifs de croissance négative. C'est la troisième fois en quatre ans que l'Hexagone connaît la récession.

De son côté, la Banque de France prévoit une croissance de 0,1% pour le premier trimestre 2013, de même que pour le deuxième trimestre de l'année.

Enfin, selon la Commission européenne, la France connaîtra une récession en 2013 avec une croissance négative de -0,1% sur l'année. Une prévision identique à celle du Fonds monétaire international, mais plus pessimiste que celle du gouvernement Ayrault qui table sur une croissance de 0,1%.

Immédiatement ce mercredi matin, Bercy a fait paraître un communiqué "confirmant sa prévision de croissance de 0,1% en 2013".

Dans le détail, l'Insee dépeint un tableau plutôt noir de l'économie française. La quasi-totalité des postes de contribution à la richesse français sont en recul. Seules relatives bonnes nouvelles: l'estimation de croissance au quatrième trimestre 2012 a été revue à la hausse avec un recul non plus de 0,3% mais de 0,2%. Pour 2011, la croissance a été révisée, de 1,7% à 2%.

Dans le même temps, outre-Rhin, l'agence des statistiques Destatis a publié une croissance de 0,1% au premier trimestre 2013.

> La consommation se replie

La consommation, principal moteur de l'économie française, se grippe avec une baisse de 0,1% par rapport au quatrième trimestre 2012. Cette chute est notamment due à un recul des dépenses en produits manufacturés (-0,9) et automobiles (-5,8%).

Inquiétant quand on sait que, sur l'ensemble de l'année précédente, en 2012, l'Insee a noté que le pouvoir d'achat des ménages a connu une baisse record de 0,9%, qui laisse augurer un coup de frein supplémentaire.

> Les entreprises freinent les investissements

La formation brute de capital fixe (différence entre acquisitions et cessions d'actifs) a encore baissé (-0,9%) pour le cinquième trimestre consécutif. L’investissement des sociétés non financières poursuit ainsi sa baisse (–0,8 % après –0,7 %), tout comme celui des administrations publiques (–0,7 % après –0,9 %).

> Le commerce extérieur pèse

Au premier trimestre 2013, les exportations continuent de baisser (–0,5 % après –0,7 %). Dans le même temps les importations cessent de reculer (+0,1 % après –1,3 % fin 2012). Le commerce extérieur pèse sur l’activité ce trimestre : –0,2 point de PIB après +0,2 point.

> La production en panne

L'Insee note que "la production totale est au point mort", avec un nouvelle baisse de -0,1% après déjà -0,4% au quatrième trimestre. L'institution explique que la baisse est notamment sensible en matériels de transport (-2,1%).

> Les stocks contribuent positivement au PIB

C'est le seul poste de contribution positif au PIB. Les variations de stocks contribuent faiblement à l’évolution du PIB : +0,1 point après –0,3 point fin 2012. Seulement une entreprise qui augmente ses stocks, connaît souvent des difficultés pour vendre ses produits…

A LIRE AUSSI :

>> La Banque de France prévoit une croissance nulle au second trimestre

>>La France sera en récession cette année selon Bruxelles

P.C et J.M.