BFM Business

Déficit, croissance, réformes: la semaine où Hollande doit convaincre

François Hollande prépare sa conférence de presse du  mai

François Hollande prépare sa conférence de presse du mai - -

Le second acte du quinquennat de François Hollande commence véritablement cette semaine avec sa conférence de presse, jeudi 16 mai. La veille, il sera à Bruxelles pour convaincre les autorités européennes de sa volonté d’engager de véritables réformes.

La politique va reprendre ses droits après une semaine de vacances et de ponts. Ce lundi 13 mai, Jean-Marc Ayrault reçoit les syndicats et le patronat pour préparer la grande conférence sociale de l’été mais aussi pour les persuader qu’il faut poursuivre le "sérieux budgétaire".

Mercredi 15 mai, François Hollande se déplace à Bruxelles pour rencontrer l’ensemble des commissaires européens. Au menu, bien sûr, la préparation du sommet des chefs et de gouvernements du 22 mai. Mais surtout le président veut persuader ses interlocuteurs que la France mènera bien les réformes de structures réclamées par les autorités européennes en contrepartie d’un délai de deux ans supplémentaires pour réduire son déficit public au niveau qu’il aurait dû atteindre fin 2013, c'est-à-dire 3% du PIB.

Enfin et surtout, jeudi 16 mai à 16 heures, le chef de l’Etat tiendra la seconde conférence de presse de son quinquennat. Lors de la première, cet automne, il avait annoncé le "choc de compétitivité" qui s’est principalement traduit par la mise en place du Crédit d’impôt compétitivité et emploi (Cice).

Le président avait également expliqué que la mise en place des outils pour lutter contre le chômage, comme les emplois d’avenir, les contrats de génération et l'accord sur la réforme du marché du travail, allaient permettre d’inverser la courbe des demandeurs d’emplois fin 2013.

Réforme des retraites

Cette fois, l’exercice sera autrement plus difficile. Au plus bas dans les sondages, François Hollande va devoir demander de la patience pour atteindre l’objectif essentiel qu’il s’est assigné : faire baiser le chômage. Le gouvernement n'a plus, en effet, en réserve de nouvelles mesures à faire voter en matière d'emploi, sauf peut-être à ouvrir les emplois d'avenir au privé. 

Par ailleurs, le chef de l'Etat va devoir rappeler la nécessité de faire des réformes de la protection sociale qui, immanquablement, seront mal perçues par une partie de son électorat. La principale est évidemment la réforme des retraites qui devrait être lancé cet automne, avec sans doute un allongement de la durée de cotisations, contrairement aux promesses de campagne des socialistes.

La seule bonne nouvelle que pourra annoncer François Hollande est le retour d'une certaine croissance dès 2014 comme le prévoit la Commission européenne. Ce qui permettrait de ne pas engager de nouveau plan d'austérité avant le rebond de 2015 annoncé par Pierre Moscovici.

>> Lire aussi:

-Hollande: acte 2 scène 1

-Que va faire François Hollande à Bruxelles le 15 mai? 

-Ayrault: opération déminage avec les partenaires sociaux

Patrick Coquidé