BFM Business

Moscovici: "il y aura une quasi-stabilité des prélèvements en 2014"

Pierre Moscovici a assuré que la France "rebondit doucement".

Pierre Moscovici a assuré que la France "rebondit doucement". - -

Le ministre de l'Economie et des Finances était l'invité de BFMTV-RMC, ce mardi 10 septembre. Il est notamment revenu sur les hausses d'impôts, la croissance et et les déficits.

Le gouvernement finalise les grands dossiers économiques. Dans une semaine, le projet de loi portant la réforme des retraites sera présenté en Conseil des ministres. La semaine suivante, ce sera le tour du projet de loi de Finances pour 2014.

C'est dans ce contexte que Pierre Moscovici était, ce mardi 10 septembre, l'invité de BFMTV-RMC. Il est ainsi revenu sur plusieurs grands sujets qui préoccupent les Français.

> Impôts et prélèvements

Il a assuré qu'il y aurait une "neutralité en 2014 par rapport à 2013". "Les effets sur l'impôt sur le revenu ne seront en rien négatifs" a-t-il déclaré. "Nous avons une volonté de stabiliser les prélèvements obligatoires". "Il y aura donc une quasi-stabilité de ces prélèvements obligatoires".

"Il y aura 3/4 d'économies dans le budget" a-t-il rappelé. "C'est les résultats de nos travaux d'été: les efforts se font par les économies de dépenses publiques". Du coup, "nous avons décidé de faire beaucoup moins que 6 milliards" de hausse des prélèvements obligatoires ".

Il a toutefois concédé que la TVA sera "la seule hausse d'impôt général pour les ménages".Il a également indiqué qu'une revalorisation de la prime pour l'emploi, était une "possibilité".

> Croissance

"J'attends avec prudence" les prochaines estimations, a confié Pierre Moscovici. Mais il note que la Banque de France a réévalué sa prévision de croissance et qu'"il en est de même pour l'OCDE". Il donnera des chiffres sur la croissance "dans les tous prochains jours".

"La France est en train de rebondir doucement, mais il faut consolider ce rebond", a-t-il lancé. Il a confié avoir été "surpris" par la bonne croissance enregistrée au deuxième trimestre.

> Budget 2014

"Le budget est prêt", a expliqué Pierre Moscovici. "Un budget ça ne se débite pas en tranche, c'est global", a-t-il toutefois expliqué, refusant de rentrer dans les détails.

Il a également refusé de donner des chiffres précis sur le déficit. Il a simplement assuré qu'il sera supérieur à 3,7% pour 2013. "Nous avons, en 2013, laissé jouer les stabilisateurs automatiques. Nous n'avons pas ajouté de la rigueur à la stagnation", s'est-il défendu.

Concernant 2014, il a rappelé que Bruxelles a accorder un délai pour arriver à 3% d'ici à 2015. "Nous serons dans cet objectif", a assuré Pierre Moscovici. "Ce qui compte c'est le déficit structurel", a-t-il souligné, assurant que solde est "maîtrisé". "La France est sérieuse et dynamique, le budget est sérieux et dynamique", s'est-il félicité ajoutant qu'il s'agit "d'un budget de croissance et d'emploi".

Julien Marion