BFM Business

Le déficit français se creuse malgré les hausses d'impôts

Le ministère de l'Economie estime que les dépenses de l'Etat en juin 2013 étaient conformes aux prévisions de la loi de Finances.

Le ministère de l'Economie estime que les dépenses de l'Etat en juin 2013 étaient conformes aux prévisions de la loi de Finances. - -

Selon les chiffres publiés vendredi 9 août par le ministère du Budget, le déficit de l'Etat s'est creusé de 2,6 milliards à fin juin, en dépit d'une hausse de 9 milliards d'euros des recettes fiscales.

Les recettes fiscales ont beau être en hausse, le déficit budgétaire de l'Etat s'est encore creusé en juin 2013, de 2,6 milliards sur un an. En cause: des dépenses européennes exceptionnelles, annonce ce vendredi 9 août le ministère du Budget. A la fin juin, le déficit cumulé atteint 59,3 milliards d'euros.

Paradoxalement, les recettes du budget ont augmenté par rapport à l'année dernière. Elles s'établissaient fin juin à 153 milliards d'euros, en hausse de 7,4 milliards par rapport à l'année dernière. Les recettes fiscales, elles, sont en hausse de 9 milliards d'euros par rapport à 2012, soit une augmentation de 6,6%. Bercy se félicite d'ailleurs, dans son communiqué, d'une "amélioration des encaissements par rapport à mai".

Dans le détail, les rentrées d'impôt sur le revenu ont crû de 12,2%, celles de l'impôt sur les sociétés de 10,4%. En revanche, celles de TVA n'ont évolué que de 0,9%, en raison de la consommation médiocre. Des recettes désormais soumises à "un aléa baissier", reconnaît Bercy.

Autre contribution : l'attribution des licences 4G aux opérateurs mobiles, grâce auxquelles l'Etat a encaissé 2,6 milliards d'euros. C'est un des "éléments exceptionnels" mis en avant par Bercy pour expliquer le solde budgétaire français.

Deux autres "éléments exceptionnels" ont plombé le budget, selon le ministère. La contribution de la France à l'augmentation de capital de la Banque européenne d'investissement, versé en mars 2013, atteint 1,6 milliard. Et la dotation au Mécanisme européen de stabilité a entraîné une dépense de 3,3 milliards en avril.

Une amélioration du déficit hors éléments exceptionnels

Selon le communiqué, "hors ces éléments de nature exceptionnelle, le déficit à fin juin 2013 s'améliore de près de de 5 milliards par rapport à fin juin 2012".

Les dépenses de l'Etat atteignaient 196,2 milliards d'euros à fin juin, ou 191,3 sans compter les dépenses exceptionnelles européennes, contre 185,2 milliards à la même date en 2012. Une somme "conforme à la prévision de dépenses de la loi de Finances 2013", commente le ministère.

Nina Godart