BFM Business

Le déficit budgétaire 2013 confirmé à 74,9 milliards d'euros

Le déficit budgétaire était prévu à 72,1 milliards dans le collectif budgétaire.

Le déficit budgétaire était prévu à 72,1 milliards dans le collectif budgétaire. - -

Le ministère du Budget a confirmé, ce vendredi 7 février, un déficit 2013 supérieur de plus deux milliards à sa dernière prévision. Les recettes fiscales ont notamment été à la peine.

Le déficit budgétaire 2013 de la France s'est élevé à 74,9 milliards d'euros contre 87,2 milliards en 2012, a annoncé ce vendredi 7 février, le ministère du Budget, qui confirme ainsi les estimations publiées à mi-janvier.

Ce chiffre est supérieur aux 72,1 milliards prévus dans la dernière loi de finances rectificative votée en décembre en raison de recettes fiscales moins importantes que prévues, précise le ministère dans un communiqué.

Les recettes fiscales nettes sont inférieures de 3,5 milliards d'euros à la prévision de la loi de finances rectificative, du fait de moindres rentrées d'impôt sur les sociétés et d'impôt sur le revenu, en partie compensée toutefois par un rebond des recettes de TVA en fin d'année.

1,4 milliard économisé grâce à la bonne tenue des marchés

A 279,3 milliards d'euros, les dépenses de l'Etat dans la norme "zéro valeur", c'est à dire hors charge de la dette et pensions de retraite, sont inférieures de 100 millions au montant fixé dans le budget pour 2013. En intégrant la charge de la dette et les pensions, les dépenses, hors éléments exceptionnels, se sont élevées à 368,5 milliards.

Grâce aux conditions d'emprunt favorables dont a bénéficié la France l'an dernier, la charge de la dette a été inférieure de 1,4 milliard d'euros par rapport à 2012.

Les recettes fiscales nettes s'élèvent à 287,5 milliards soit 11,1 milliards de moins que prévu dans le budget initial.

Le déficit public, qui intègre par ailleurs les comptes sociaux et ceux des collectivités territoriales, sera connu le 31 mars. Le gouvernement prévoit qu'il atteindra 4,1% du PIB fin 2013 et entend le réduire à 3,6% à la fin de l'année pour passer sous la limite européenne de 3% en 2015.

J.M. avec Reuters