BFM Business

La région Île-de-France se serre la ceinture

Valérie Pécresse  a présenté son troisième budget

Valérie Pécresse a présenté son troisième budget - Éric Piermont - AFP

La présidente de la première région de France a présenté ce mercredi un budget dont les recettes sont en baisse de 2,4%. Valérie Pécresse vante les efforts accomplis pour assainir les comptes de la collectivité.

Valérie Pécresse n'est pas peu fière des efforts budgétaires que la région qu'elle préside va s'imposer l'an prochain: "Ce budget 2018 est un budget exigeant parce que nos recettes sont encore en baisse de 102,4 millions cette année (...) Mais comme nous sommes exigeants avec nous-mêmes, nous voulons maintenir un très haut niveau d'investissement pour 2018 qui sera le haut jamais atteint par la collectivité", a résumé Valérie Pécresse lors d'un point presse à Paris.

2 milliards d'euros de dépenses de fonctionnement

Il sera au service de trois objectifs: "faire de l'île-de-France la première région écologique d'Europe, la rendre plus attractive au service de l'emploi et enfin, réduire les fractures territoriales franciliennes en misant sur la culture et le sport", a-t-elle souligné.

Sur un total de 5,15 milliards d'euros (contre 5,25 milliards d'euros en 2017), les dépenses d'investissement vont s'établir à près de 2 milliards d'euros (+25% depuis 2015) et les dépenses de fonctionnement baisser pour atteindre les 2 milliards (-12% par rapport en 2015). "C'était un engagement que j'avais pris: que la région qui dépensait 60% de son budget en fonctionnement et 40% en investissements redevienne une collectivité essentiellement d'investissements, ce qu'elle doit être", a-t-elle dit.

Un assainissement "salué par la Cour des comptes"

Arrivée à la tête du conseil régional en 2015, Valérie Pécresse, ancienne ministre du Budget sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, avait fait de l'assainissement des finances régionales un axe central de sa campagne.

"Il a fallu faire des choix mais au cours de ces trois années d'efforts, la région s'est redressée et ce travail d'assainissement a été salué par la Cour des comptes et les agences de notation", a-t-elle ajouté. Parmi les exemples d'économies sur les frais de fonctionnement, Valérie Pécresse pointe le déménagement "fin janvier" du siège du conseil régional à Saint-Ouen, qui permettra, selon elle, de "diviser le loyer par deux".

"C'est une gestion de bon père de famille, nous avons su rééquilibrer notre budget", a complété Stéphane Sallini, vice-président chargé des finances et de l'évaluation des politiques publiques, également présent au point presse. Le budget sera débattu en séance plénière du 18 au 20 décembre prochain.

J.M. avec AFP