BFM Business

La dette française s'est réduite d'un point au troisième trimestre

-

- - Joel Saget - AFP

La dette publique de la France n'atteignait plus que 98,1% du PIB à fin septembre 2017, en baisse d'un point, selon les chiffres de l'Insee publiés ce vendredi.

La dette publique de la France s'est établie à 2.226,1 milliards d'euros au troisième trimestre 2017, en baisse de 5,5 milliards par rapport au trimestre précédent, a annoncé vendredi l'Institut national de la statistique et des études économiques.

Rapportée à la richesse nationale, cette dette de l'ensemble des administrations publiques, mesurée selon les critères de Maastricht, atteint 98,1% du Produit intérieur brut contre 99,1% à la fin du deuxième trimestre 2017.

D'après l'Insee, cette évolution s'explique par la baisse des dettes des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales.

La sécu pèse moins lourd

La contribution des administrations de sécurité sociale à la dette "diminue fortement", de 8,8 milliards d'euros, note dans un communiqué l'organisme public, et celle des administrations publiques locales de 1,5 milliard d'euros, dont 0,7 milliard pour les régions et 0,6 milliard pour les départements.

La dette de l'État a pour sa part augmenté de 4,8 milliards d'euros sur la période. L'essentiel provient de la dette négociable à long terme (+9,7 milliards d'euros). La dette publique nette, qui tient compte de la trésorerie présente dans les caisses des administrations publiques, a diminué de son côté de 1,5 milliard d'euros, pour atteindre 2.002,6 milliards d'euros.

Le Parlement a adopté jeudi la loi de programmation des finances publiques qui prévoit pour 2022 une croissance de 1,8% et un déficit public quasi à l'équilibre (0,2% du PIB). La dette devrait encore atteindre 97,1% en 2019, puis décroître ensuite rapidement.

N.G. avec AFP