BFM Business

La dette publique a atteint 98,9% du PIB au 1T, soit 2,6 points de hausse

Le dérapage s'explique principalement par la contribution de l'Etat à la dette, qui a augmenté de 49,5 milliards d'euros.

Le dérapage s'explique principalement par la contribution de l'Etat à la dette, qui a augmenté de 49,5 milliards d'euros. - Bertrand Guay - AFP

Selon les chiffres de l'Insee publiés ce vendredi, la dette publique de la France s'est établie à 2.209,6 milliards d'euros au premier trimestre. Soit une hausse de 62,3 milliards par rapport au trimestre précédent.

Nouveau dérapage de la dette publique au premier trimestre. Elle s'est établie à 2.209,6 milliards d'euros, selon les chiffres de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Rapportée à la richesse nationale, cette dette de l'ensemble des administrations publiques, mesurée selon les critères de Maastricht, atteint 98,9% du Produit intérieur brut, contre 96,3% à la fin du dernier trimestre 2016. Soit une hausse de 2,6 points.

Le ratio de la dette au premier trimestre est largement supérieur, à ce stade, à l'objectif que s'était fixé le précédent gouvernement pour 2017. Ce dernier s'était engagé à ramener la dette à 96% du PIB cette année, après 96,3% en 2016.

D'après l'Insee, cette hausse s'explique principalement par la contribution de l'État à la dette, qui a augmenté de 49,5 milliards d'euros. 

Légère amélioration des comptes des hôpitaux publics

La contribution à la dette des administrations de sécurité sociale progresse quant à elle de 15 milliards d'euros, malgré une légère amélioration des comptes des hôpitaux publics, où l'endettement a reculé de 0,3 milliard. 

La contribution à la dette des administrations publiques locales (Apul), en revanche, a diminué de 1,2 milliard d'euros, en raison de bons résultats en ce qui concerne les communes (recul de 0,8 milliard) et des départements (recul de 0,7 milliard), l'endettement des régions ayant pour sa part légèrement augmenté (+0,4 milliard).

La dette publique nette, qui tient compte de la trésorerie présente dans les caisses des administrations publiques, a, enfin, augmenté de 24,8 milliards d'euros, pour atteindre 1.981,7 milliards d'euros.

C.C. avec AFP