BFM Business

Karine Berger défend la "remise à plat" fiscale de Jean-Marc Ayrault

Karine Berger était l'invitée de BFM Business ce lundi 25 novembre

Karine Berger était l'invitée de BFM Business ce lundi 25 novembre - -

Le Premier ministre a annoncé, la semaine dernière, qu'il allait engager une "remise à plat de la fiscalité" en 2015. Karine Berger, secrétaire nationale à l'économie du PS, revient ce lundi 25 novembre sur BFM Business sur cette réforme.

"C'est une nouvelle étape vers quelque chose qui était annoncé". Karine Berger, secrétaire nationale à l'économie du PS et invitée de BFM Business ce lundi 25 novembre, revient sur la "remise à plat de notre système fiscal" annoncée la semaine dernière par Jean-Marc Ayrault.

Le Premier ministre n'a pour le moment fait référence qu'à une seule piste: la fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG. Il espère que les premières mesures pourront être inscrites dans le projet de loi de finances pour 2015. Il recevait ce lundi syndicats et patronat pour démarrer une grande consultation devant aboutir à la réforme de la fiscalité.

"La dette publique est un danger public"

"Nous avons une dette qui nous a été léguée par les précédents gouvernements, qui est historique, colossale. La dette publique est un danger public. Nous avons décidé, et nous ne reviendrons pas là-dessus, de réduire le déficit en priorité. Pour lutter contre la dette et le déficit, il faut demander des efforts en prélèvements. Et ces efforts doivent être justes, compris, transparents", défend Karine Berger.

Et si les ménages ont déjà supporté beaucoup, c'est au tour des entreprises de supporter le poids des prélèvements. "Nous devons baisser l'impôt sur les sociétés des PME ,donc les grandes entreprises doivent payer correctement leurs impôts sur les sociétés, ce qu'elles ne font pas".

Et si les députés socialistes n'étaient pas au courant de l'annonce de Jean-Marc Ayrault, "ils sont tous derrière lui", affirme Karine Berger.

D. L.