BFM Business

Fabius plombé par l'euro faible

Le ministre des Affaires étrangères reconnait que le niveau de l'euro peut handicaper son action en 2015

Le ministre des Affaires étrangères reconnait que le niveau de l'euro peut handicaper son action en 2015 - Stéphane de Sakutin - AFP

Vendredi, l'euro a atteint son plus bas niveau face au dollar depuis août 2012. Une mauvaise nouvelle pour le ministre des Affaires étrangères dont le budget, examiné lundi à l'Assemblée, a été établi avec un euro à 1,36 dollar. Il pourrait manquer au Quai d'Orsay plus de 50 millions en raison des effets de change.

Ce lundi, Laurent Fabius défendra le budget des Affaires étrangères devant les députés. A l'heure des économies budgétaires, le patron du Quai d'Orsay s'en sort pas trop mal. 

En effet, ses crédits ne baisseront que de 0,6% pour atteindre près de 3 milliards d'euros " à périmètre constant", comme disent les spécialistes de Bercy, c'est à dire sans prendre en compte le Tourisme et le Commerce extérieur désormais rattachés à Laurent Fabius. 

Mauvaise surprise ? 

Pourtant, il pourrait bien y avoir une mauvaise surprise en 2015. Le ministre l'a reconnu lui-même, le 21 octobre, devant les commissions parlementaires chargées d'examiner son budget. "Si le cours de l'euro continuait de baisser, il faudrait prévoir des abondements en gestion". En langage moins diplomatique, cela signifie que le budget initial du Quai qui va être voté par l'Assemblée sera quelque peu virtuel. Explications. 

Un euro à 1,36 dollar

Ce vendredi, la monnaie européenne a atteint son niveau le plus bas face au dollar depuis août 2012, à 1,25 dollar. Mais le budget des Affaires étrangères a été établi sur l'hypothèse d'un euro valant 1,36 dollar. Le rapporteur des crédits du Quai d'Orsay, le député PS Pascal Terrasse, a fait ses calculs : un tel écart se traduira par un surcoût d'une cinquantaine de millions d'euros en 2015, confirmé par les services de Laurent Fabius. 

De nombreuses dépenses du ministère sont, en effet, payées en devises étrangères, en dollars essentiellement. Elles dépendent donc des taux de change. C'est le cas des crédits de fonctionnement des ambassades et des consulats, de la rémunération des 5.000 agents recrutés localement, et surtout de la contribution de la France aux organisations internationales. 

Ainsi cette contribution s'élèvera à 794 millions d'euros en 2015 ( voir ci-dessous). Or, les trois quart de cette somme sont libellés en dollars. Un euro à 1,26 dollar plutôt qu'à 1,36 représenterait une perte de 43 millions.

Quant aux rémunérations des agents locaux ( chauffeurs, secrétaires, personnel d'entretien...), elles représentent 106 millions d'euros, totalement payées en monnaie locale. La perte liée à un euros faible pourrait atteindre sur ce poste 2 millions l'an prochain. 

Achats de devises

Un autre élément peut remettre en cause l'équilibre du budget 2015. L'an dernier, profitant d'un taux de change avantageux, le Quai d'Orsay a réalisé des achats de devises de plusieurs centaines de millions d'euros qui ont lui permis de réaliser une économie de 18 millions d'euros.

" Compte tenue de l'évolution du cours des monnaies, cette opération ne pourra probablement pas être répétée en 2015, ce qui diminuera d'autant les ressources du ministère par rapport à 2014", avertit le rapporteur du budget. 

La France verse 794 millions aux organisations internationales:

> ONU : 104 millions d'euros ( hors opérations militaires)

> OTAN : 37,2 millions

> OCDE: 21,5 millions

> OMS : 21 millions

> Unesco : 14,6 millions

> OMC : 6,5 millions

Source: projet de loi de finances pour 2015

Patrick Coquidé