BFM Business

Exclusif - Réforme des retraites : menace sur les hauts revenus

-

- - Joël Saget - AFP

Ce n'est pas la mesure qui inquiète le plus les organisations syndicales et pourtant, elle concerne plus de 200 000 salariés, qui pour certains pourraient se retrouver avec une pension de retraite divisée par deux, sauf à se constituer leur propre épargne.

C'est une mesure technique mais qui pourrait radicalement changer la donne pour les futurs retraités les plus aisés. Jean-Paul Delevoye le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, veut en effet bel et bien créer un vrai système universel, qui couvre donc un maximum d'actifs.

Pour lui, il ne s'agit pas seulement d'englober l'ensemble des salariés dans ce futur régime (ceux du privé, fonctionnaires et indépendants) mais aussi de couvrir un maximum de salariés, quel que soit leur revenu, sans avoir à passer par des régimes complémentaires.

Un régime qui couvrirait les revenus jusqu'à 10 000 euros 

Selon nos informations, le Haut-Commissaire souhaite donc que ce nouveau régime universel intègre l’ensemble des salariés qui touchent, non plus jusqu'à 1 plafond de la Sécu comme c'est le cas aujourd'hui, mais jusqu'à 3 plafonds, ce qui correspond à peu près à 10 000 euros de revenus par mois. Reste à savoir comment seraient prises en charge les pensions au-delà de ce plafond. La question se pose admet Jean-Paul Delevoye. Plusieurs scénarios sont sur la table. Le gouvernement envisage par exemple de créer un nouveau régime obligatoire. Mais selon un expert « cela reviendrait à tuer toute l'ambition de la première mesure ».

Une part de capitalisation pour les hauts revenus 

D'où la deuxième piste envisagée, plus probable : créer une épargne individuelle, éventuellement en capitalisation. « Rien n'est arbitré, le sujet sera traité dans les mois à venir » prend bien soin de préciser Jean-Paul Delevoye, tant il est explosif.

La mesure concernerait entre 200 000 à 300 000 salariés qui gagnent plus de 120 000 euros par an. Des salariés qui pourraient ne plus être que très partiellement couverts par le nouveau régime universel, charge à eux de se constituer leur propre épargne.